• En escarpins dans les neiges de Sibérie

     

    Plus qu'un roman, c'est un témoignage sur la famille de l'auteure et sur l'histoire de la Lettonie au XXe siècle.

    Un coup sous la coupe des Soviétiques, un coup sous celle des Allemands pour retourner sous domination soviétique, la Lettonie, comme les autres pays baltes n'a pas été ménagée. La population a forcément payé cher, très cher, ces différentes mises sous tutelles. Cela m'a renvoyé à "Purge" de Sofi Oksanen.

    Main d'oeuvre gratuite, les Lettons ont été envoyé dans les camps de Sibérie comme tant d'autre peuples des républiques"soeurs" et l'enfer du Goulag recommence version lettone, froid, faim, coups, mépris, exploitation, usure des corps et des esprits...

    Il manque à ce livre une qualité littéraire qui le rendrait plus attachant, plus émouvant mais sa valeur de témoignage mérite la lecture. Les petits pays baltes ont une histoire extrêmement douloureuse et je comprends la volonté d'être dans l'union Européenne et la peur,toujours présente, de leur belliqueux voisin. smilesmile

    Challenge globe trotteurs : Lettonie 

    Pin It

  • Commentaires

    1
    Vendredi 5 Juin 2020 à 21:34

    Que je suis heureux de lire une chronique sur ce livre. Je l'avais vraiment beaucoup aimé. Quelle force de témoignage !

      • Vendredi 5 Juin 2020 à 21:54

        Oui absolument ! Quand j'ai lu Purge , j'ai compris qu'on pouvait toujours être du mauvais côté de quand on passe d'un premier à un second puis re-premier envahisseur! Sans compter l'histoire qui se réécrit plus tard avec des gens qui n'y étaient pas ....J'ai retrouvé ça dans ce livre et il conforte tout ce que j'apprends , au fur et à mesure sur l'empire soviétique .

    2
    PommeBleu
    Jeudi 11 Juin 2020 à 19:33

    Dommage que ce témoignage ne soit pas plus connu !

    Pour ma part, j'ai apprécié la lecture de ce livre bien que le sort de cette famille soit insoutenable.
    Sandra Kalniete est Lettone et maintenant députée européenne. Elle est née en 1952 en Sibérie où ses parents purgeaient une peine de relégation. Sa mère avait été déportée en 1941 à l'âge de 14 ans, son père en 1949 à 17 ans.
    Pour écrire ce livre, Sandra Kalniete s'est appuyé sur les souvenirs et lettres de sa famille et sur les archives soviétiques consultables après 1991. Ce travail d'historienne met en parallèle le destin familial et l'histoire de la Lettonie.
    On ressort abasourdi par ces destins brisés, par tant de souffrance, de purges et d'extermination d'innocents.

     

      • Jeudi 11 Juin 2020 à 22:10

        Oh oui mais tout ce qui touche à l'URSS offre ce même panel de souffrances ! 

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :