• Je vous écris dans le noir Jean-Luc Seigle

     

    Je vous écris dans le noir   Jean-Luc Seigle

     

    Etonnant roman qui donne à voir un personnage complexe, Pauline Dubuisson, personnage réel, condamnée pour le meurtre de son fiancé. L'auteur nous amène à une relecture du destin de cette jeune femme. Il n'en fait pas une héroïne de saga sur laquelle le sort s'acharne stimulant la pleureuse qui sommeille en nous, mais il en fait un personnage de chair et d'os qui se cogne à l'histoire et à la morale sociale de son temps , qui se cogne et qui se fracasse.

    Sa vie d'enfant de petite bourgeoisie, brillante intellectuellement n'aurait jamais du la conduire à ce destin. La guerre en tuant ses frères a plongé sa mère dans une dépression grave qui déverse dans la vie de la toute jeune fille qu'elle est. Sa vie "de femme" va bien mal commencer  dans une époque où la liberté sexuelle n'est pas à l'ordre du jour. Sa relation avec un médecin allemand , achèvera de jeter sur elle le discrédit. Les hommes et les femmes si prompts à juger, jauger les autres "donneront" le meilleur d'eux mêmes au cours de la journée de tonte de la traitresse...

    Car finalement,le plus grand crime de cette femme semble bien être sa sexualité. Qu'elle  ait maitrisé ou non sa vie sexuelle, peu importe , elle est la femme qui tend la pomme, la femme qui fait peur aux hommes , celle que les autres femmes envient et rejettent, la sorcière, l'infâme, la prédatrice...

    C'est sans doute la grande force de ce roman, que d'inscrire Pauline Dubuisson , qui n'est pas particulièrement sympathique, dans cette longue lignée de femmes pour qui il n'y a de rédemption que par le feu, la lapidation, ou tout autre moyen provocant grande souffrance et détruisant ce corps sexué. smilesmilesmile

    Pin It

  • Commentaires

    1
    Mardi 25 Septembre à 20:43

    Je n'ai pas lu celui-là, mais le roman de PH. Jaenada, sur Pauline Dubuisson aussi (La petite femelle), qui est excellent. Lors d'une conférence où Ph Jaenada s'exprimait sur le fait divers dans la littérature, il a reproché à Seigle (qui, a-t-il précisé, est un de ses amis) d'avoir extrapolé autour du personnage de Pauline, en utilisant le "je", ce que lui ne s'est pas autorisé à faire. Cela ne m'empêchera pas de lire ce titre, à propos duquel j'ai lu beaucoup de bien...

      • Mardi 25 Septembre à 20:48

        J'avais prévu de lire La petite femelle sans savoir que ça parlait du même personnage ... j'ai encore plus envie de le lire smile

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :