•  

    S'il a bien un parfum du Sud, ce roman n'a pas le charme de "Beignets de tomates vertes" .

    Sookie, la petite soixantaine, vient de voir sa dernière fille se marier, seul son fils reste célibataire. Elle aspire à u peu de repos avec son mari Earle, mais c'est sans compter son tyran de  mère, Lenore. Sookie s'est toujours sentie en dessous des attentes de sa mère, ne lui ressemblant pas, n'ayant aucune de ses qualités et s'épuisant à chercher à lui plaire .

    Se chargeant de l'intendance de Lenore, Sookie reçoit une lettre qui lui révèle une étrange nouvelle faisant d'elle une autre personne que ce qu'elle croyait...

    Ce roman est un prétexte pour évoquer les WASP ,ces femmes aviateurs que l'armée américaine s'est empressée d'oublier pendant longtemps. C'est un beau sujet mais on passe à côté à force d'allers et retours entre le passé et le présent , sans compter les relations perverses entre Sookie, soumise au-delà du raisonnable et sa démente de mère qui polluent et les éternelles tergiversations de Sookie sur l'inné et l'acquis !

    Bref , une lecture pas satisfaisante , je suis restée en dehors de Sookie et sa mère et je n'ai pas eu assez de ces femmes pilotes extraordinaires. Dommage. smilesmile 

    La dernière réunion des filles de la station service  Flannie Flagg

    Pin It

    2 commentaires
  •  

    Samuel Hawley et sa fille Loo arpentent les USA, de maisons en motels, départs hâtifs, minimum de bagages comme traqués... Le père de Loo a un passé trouble et les hommes qui le recherchent ne sont pas des tendres! Hawley finit néanmoins par acheter une maison à Olympus, la ville natale de la mère de Loo. Sa grand-mère y vit encore mais les retrouvailles ne sont, pour le moins, pas chaleureuses.

    Loo s'installe dans une vie plus ordinaire mais elle a le plus grand mal à trouver sa place parmi les autres enfants et ses manières parfois très violentes ne facilitent pas son intégration. Pourtant il y a Marsahll qui va faire vibrer son coeur et sa peau ...

    Le récit s'organise entre chapitres consacrés à Hawley , retraçant sa vie au travers des cicatrices que douze balles ont fait sur son corps et ceux parlant de Loo , de ses émois de jeune fille et de sa quête sur tout ce qui concerne sa mère.

    Violence et armes, sont très présentes dans ce récit mais pas essentielles, l'essentiel c'est la relation père/fille.

    J'ai été profondément touché par Hawley, taiseux, bouffé par la culpabilité, "rugueux" voir violent et qui néanmoins va réussir à se faire père pour Loo. Un père spécial qui apprend à sa fille de douze ans à tirer à la carabine et qui,avec une grande pudeur, la regarde prendre son envol tout en la protégeant. 

    J'aurais aimé avoir un père comme ça je crois... smilesmilesmile

    Les douze balles dans la peau de Samuel Hawley

    Pin It

    1 commentaire
  • Nos âmes la nuit

     

    C'est l'histoire d'une vieille dame et d'un vieux monsieur qui tentent de faire vibrer leur coeur une dernière fois. 

    Addie propose à son voisin de venir dormir avec elle la nuit. Louis accepte. Des échanges de leurs nuits  va naître un amour. Un amour que les moins de cinquante ans ne semblent pas comprendre et dont les plus âgés rêvent. 

    Sauf que lorsqu'on devient vieux, les enfants (parfois) se croient obligés de morigéner leurs parents comme s'ils étaient de petits enfants. Ils décident,ils protègent, ils placent, toujours pour "le plus grand bien" du vieux...du moins officiellement.

    Une très belle romance, avec pour héros de vieilles personnes  (enfin !), mais il n'y a pas que ça. Quand on arrive en fin de vie, le bilan de ce que l'on a fait ou non est bien présent.Ces deux là ce sont bien conformés aux obligations sociales,par devoir, par habitude, par lâcheté, peu importe finalement, de compromis en compromissions ils essaient dans un dernier sursaut de passer outre.

    Un film va sortir (sur netflix) avec Robert Redfort et Jane Fonda ...c'est tout à fait ça , je vois déjà ce couple mythique! ( https://www.youtube.com/watch?v=at-DdxdDlHU)

    Ce petit roman fait palpiter mon coeur et comme je les envie de cet élan de vie sur la fin du parcours !  smilesmilesmilesmile

     

    Nos âmes la nuit  Kent Haruf

     

     

    Pin It

    5 commentaires
  • après la chute Dennis Lehanne

     

     

    Rachel est une jeune femme hantée par l'absence de son père et par une mère trop présente qui lui a laissé bien peu d'espace. Au décès de celle-ci, elle essaie de savoir qui est son père. Pour cela elle va faire appel à un détective privé Brian Delacroix. Celui-ci ne sera pas d'une grande aide.

    Elle entame une carrière de journaliste qu'elle réussit plutôt bien, épouse le beau et brillant collègue. Sa vie semble sur des rails jusqu'à ce qu'elle aille faire un reportage à Haïti. Confrontée à une très grande misère et à une violence toute aussi grande, elle sera amenée à faire des choix qu'elle assumera mal .De là, sa vie toute bien tracée, va basculer.

    Adieu, le grand journalisme, le joli mari , Rachel ne vit plus que repliée sur elle-même , refusant quasiment de sortir de chez elle, victime de crises d'angoisse paralysantes.

    Et puis, elle va recroiser Brian , une autre étape de sa vie commence ...

    Très bien mais où est le côté thriller ?  Et bien très tôt dans le roman , il y a une petite phrase qui dit j'ai tué mon mari, et après on n'en reparle plus. Sauf que bien sûr on attend le moment où tout va basculer pour que l'on retombe sur cette petite phrase ! Et à un moment ...ça bascule, ça y est on arrive à cette fameuse phrase...

    C'est un roman bien construit. De cette fameuse phrase, on s'attend à quelque chose mais les détours que prend l'auteur finissent pas la faire oublier. On évolue gentiment dans une histoire de couple dont la femme est un brin marteau... et puis ça s'emballe et là on est dans le thriller! Hommes de main, arnaque, sang, coffre-fort tout y est !

    Le long détour se lit bien, mais l'emballement de la dernière partie et la crédibilité de l'histoire me semble mal dosés, ça va trop vite, c'est un peu trop gros, le côté manipulation me laisse septique....  Pour autant ce n'est pas une lecture désagréable.

     

    Merci à Babelio et aux éditions Rivages 

    Après la chute    Dennis Lehanne

    Merci

    Pin It

    1 commentaire
  • Ciel d'acier   Michel Moutot

     

      

    Septembre 2001, j'ai vu les images mais je dois dire que je n'ai pas compris ce que ça mettait en jeu, depuis ça c'est "éclairci". On part justement de 2001 dans ce roman qui tient du documentaire, et le prisme pour regarder l'effondrement des tours va se faire par les "ironworkers". 
    Les ironworkers sont ces hommes qui travaillent à la construction des chantiers gigantesques, sur des poutres de métal de 30 cm de large à des hauteurs vertigineuses. Parmi ces ironworkers, un groupe d'hommes est réputé travailler sans vertige les indiens Mohawks qui vivent à la limite de la frontière Canada /USA .

    Parmi ces indiens, John LaLiberté se trouve à New-York au moment des attentats. Il propose comme d'autres d'aider à déblayer  l'immense chantier d'acier, de gravats, de poussières, seuls restes des deux tours. Il est d'autant plus interessé à participer au chantier que son père faisait partie de ceux qui ont construit les tours.

    Du début de l'embauche des Mohawks sur les ouvrages, au pont de Québec, en passant par les twin-towers jusqu'à la tour de la liberté on découvre la vie de ces hommes liés aux chantiers et aux dangers toujours présents mais aussi la fierté d'être ironworkers. 

    La vie de la tribu fait partie aussi du charme de ce livre , des indiens autonomes, travailleurs et vivants, essayant de respecter au mieux leurs règles de vie tout en s'adaptant.

    Je me suis régalée à lire ce livre passionnant.   smilesmilesmileyes

     

    L'avis d'Enna sur le même livre ici

    Ciel d'acier   Michel Moutot

     

    Une  célèbre photo des ironworkers     

    Ciel d'acier   Michel Moutot

    Pin It

    4 commentaires
  • Pike  Benjamin Whitmer

     

     

    Pike est un homme au passé trouble qui s'est reconverti dans le BTP. Il travaille avec Rolly, jeune homme perdu, qui rêve de devenir boxeur professionnel . Pike est amené à récupérer sa petite fille Wendy. Sarah, la mère de Wendy et fille de Pike, est morte d'une overdose dans une ruelle mal famée. Pike n'est pas convaincu de l'overdose de sa fille. A la recherche de renseignements sur la mort de celle-ci, il va errer dans des bas fonds sans nom et croiser Derrick. Derrick est un flic véreux, violent qui fait justice lui même et a une profonde aversion pour la pédophilie.

    Violent, brut et noir, ici on ne fait pas dans la dentelle, même si chacun des personnages principaux s'humanise- un peu- au fur et à mesure de l'histoire.

    Un roman sans espoir auquel il manque un petit quelque chose pour adhérer aux personnages .  smilesmile

     

    Pike  Benjamin Whitmer

     

    Pin It

    3 commentaires
  • un long silence

     

    Ce livre est un témoignage et non un roman.

    Dans la famille Gilmore, je voudrais le père, la mère et les quatre fils. De ces quatre fils, deux ont mal fini et tout particulièrement Gary qui sera condamné à mort et exécuté. Mikal , le plus jeune des frères, très longtemps après l'exécution de son frère, remonte le temps, cherche les témoignages encore possibles pour reconstruire l'histoire de sa famille. Et quelle histoire!!!!

    Violences, viols, tueries, alcool, drogue, errance, rien n'est épargné aux enfants de cette famille . Les parents, Franck et Bessie, ont une relation, qui pour l'auteur est une forme d'amour ... C'est possible mais un amour à quel prix ! Ils ont pris des coups, ils en ont donné et ont entrainé leurs enfants dans un univers violent dès leur plus petite enfance . Si l'auteur s'en sort mieux, c'est qu'il est né longtemps après les autres et n'a pas eu exactement la même vie que ses frères , ni la même relation avec son père devenu à ce moment un homme vieillissant.

    Je suppose qu'un psychanalyste, trouverait une multitude d' indices de la folie présente et naissante dans cette famille. Des multiples identités, au faux-mariage, en passant par les actes -manqués comme vouloir étouffer un bébé, ou aux coups violents qui tombent sur les enfants, sur la femme , il y a là un riche catalogue d'actions à mener pour rendre ses enfants ultra-violents.

    Ni le père, ni la mère ne sauront réagir pour protéger leurs enfants de cet enfer. Quand la famille de Bessie, lance une procédure d'adoption des enfants, elle refuse et est même outrée qu'ils aient pu y penser, et pourtant...

    L'auteur ne juge ni son père, ni sa mère, ni ses frères, il essaie de retrouver le moment où tout a basculé, ce moment qui aurait pu empêcher la dégringolade vers l'échafaud . Mais ce moment n'existe pas à mon avis , sauf à ne pas faire se rencontrer le père et la mère.

    Un livre difficile émotionnellement car on ne peut pas se retrancher derrière l'idée de fiction, on est dans le réel et le concret et quand les coups pleuvent ils font mal. Un livre qui amène de multiples réflexions , sur le fait qu'on ne naît pas violent mais qu'on le devient bien sûr mais pas seulement . Une lecture des textes mormons, je dois avouer que je ne connaissais rien à cette religion et elle ne fait visiblement pas partie des religions les plus tolérantes, je ne sais pas si comme semble le penser l'auteur, elle a eu une grande influence sur l'histoire de la famille , je ne le crois pas , ils étaient au-delà. Par contre , dans le choix du type d'exécution que demande Gary, il est certain qu'elle a une influence. 

    Loin, loin, loin du cliché de la famille américaine  heureuse devant sa jolie maison !

    A lire . 

    smilesmilesmilesmile

     

    un long silence   Mikal Gilmore      un long silence   Mikal Gilmore

     

    Pin It

    5 commentaires
  • Dernier appel pour les vivants  Peter Farris

     

     

    Notre héros, si tant est qu'on puisse considérer qu'un ancien tolard appartenant à une fraternité suprématie blanche soit un héros... bref Hicklin décide de doubler ses petits camarades de la fraternité et d'éxécuter seul le cambriolage d'un banque perdue dans un bled moribond. A ce braquage, il ajoute la mort d'une caissière et la prise d'otage d'un employé, quand on choisit de se mettre dans la mouise autant y aller à fond!!!

    Le voilà donc perdu dans une cabane, cachée dans une forêt avec son otage , Coma, personnage sans goût et sans odeur et Hummingbird , fille déjantée carburant au chrystal qui élimine les derniers neurones qu'elle peut encore avoir.

    A ses trousses on trouve, ses petits camarades qui sont loin d'être des tendres, un shériff paumé, la responsable sécurité de la banque, de quoi s'amuser un peu! 

    Un vrai roman noir, pas d'espoir, pas de rédemption, la violence des esprits et des armes et la folie en décor... 

    Dans ce genre ce n'est pas le meilleur que j'ai lu mais, pour peu qu'on apprécie, il y a de quoi faire une petite ballade avec une mention spéciale pour la scène de massacre dans l'église des serpents !!! Alors là !!!

    smilesmile

     

    Dernier appel pour les vivants  Peter Farris

     

    Pin It

    4 commentaires
  • Sur les hauteurs du mont Crève-coeur Thomas H. Cook 

     

     

     

    Qu'il est bon!Qu'il est bon ce Cook ! C'est le troisième roman que je lis ( Au lieu dit noir étang  Mémoire assassine  ) de lui et j'adore !

    Direction le sud, Alabama, une petite ville de province dans les années soixante et le récit des souvenirs du narrateur, Ben, lycéen à l'époque du drame, car drame il y eut.

    D'allers-retours entre le passé et aujourd'hui Ben se souvient de ces années. Mal dans sa peau, étiqueté "grosse tête" et peu populaire , il voit son univers s'agrandir quand son amitié avec Luke s'installe et plus encore quand Kelli, la nouvelle, la fille du nord, arrive.

    L'amitié, l'amour, qui a-t-il de  plus important quand on est adolescent...mais tout est tellement exacerbé à cet âge que l'amour le plus grand peut se retourner en une haine féroce , c'est ce qu'expérimente ces jeunes. Les filles doivent se marier, les garçons réussir et maintenir la société de la ville en l'état. Aussi le regard que Kelli porte sur l'histoire de la ville et ses rapports avec les noirs n'est pas du goût de tous. C'est sur ce fond, que le récit tisse des liens entre les époques et les personnes, nous rapprochant ou nous éloignant de la vérité, semant le trouble parmi des êtres pétris de culpabilité...

    Ne rien dire de plus pour ne pas dévoiler l'histoire, ce serait tellement dommage! Car tout est en nuances, le mal , le destin, la vie... une petite merveille !smilesmilesmilesmile

     

    Sur les hauteurs du mont Crève-coeur Thomas H. Cook

     

     

     

    Pin It

    3 commentaires
  • Le sympathisant

     

     

    Le narrateur, écrit ses confessions , dans un lieu que l'on imagine être plus ou moins une prison et précise d'emblée qu'il est un espion . 

    Nous sommes dans le cadre de la fin de la guerre du Vietnam. Le sud a perdu, les Américains remballent et rentrent chez eux , entraînant une poignée de Vietnamiens qui échapperont ainsi à une mort quasi certaine. Le narrateur fait partie de ceux là .

    Une fois aux USA, ces exilés doivent redonner du sens à leur vie, difficile quand on passe du haut au bas de l'échelle sociale, difficile quand on fait partie des perdants d'une guerre... Néanmoins les Vietnamiens exilés s'organisent et rêvent même de revanche, de retour au pays en grands vainqueurs... Le narrateur, qui maintient toujours un lien avec les communistes à travers un de ses amis de jeunesse, envoie régulièrement des informations sur les projets de rébellion des expatriés. En parallèle, il doit soutenir le Général, son supérieur et lui prouver son attachement à la juste cause de la reconquête du pays, en organisant quelques meurtres d'hommes estimés comme traitres ou dangereux.

    Le projet d'un reprise du pays s'affirme et une poignée d'hommes est envoyée en reconnaissance via la Thaïlande. Le narrateur est un élément de cette équipe ...

    L'auteur de cette confession,  se situant comme espion , il peut donner un double éclairage à cette guerre, côté Nord, côté Sud, de même il peut se situer sur le versant américain et vietnamien, connaissant les deux cultures. Le tout fait que ce roman n'a rien de manichéen et ne se limite pas à l'opposition des "bons" et des "méchants".  

    L'évolution du héros , au fur et à mesure de sa confession,la fragile flamme d'humanité qu'il cherche à garder au long de ces moments complexes et effrayants, est partie prenante de la tension que l'on ressent tout au long du roman et qui ne limite pas celui-ci à un roman de guerre, il est plus que cela.

    C'est un roman très prenant , riche et complexe qui "travaille" encore après qu'on l'ait fermé !

    smilesmilesmilesmile

    Mes remerciements à Babelio et aux éditions Belfond qui m'ont permis de découvrir ce texte .

    Le sympathisant   Viet Thanh Nguyen

     

    Pin It

    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires