• Les ingénieurs du chaos  Giuliano da Empoli

     

    Passionnant et effrayant! 

    Au travers de quelques "surprises " électorales, le mouvement Cinq étoiles, Trump, le Brexit, Orban et autres, l'auteur retrace le comment du pourquoi. Et là - ça fait peur!  On connaissait les sondages, les pamphlets, l'air du temps et les conversations de troquet , on est passé à une organisation absolument et totalement -voir totalitairement , efficace. Efficacité redoutable fournie par les possibilités informatiques et les réseaux, le clic qui tue en quelque sorte ...

    Association d'une tête qui gère la partie technique et d'un corps qui va remplir la fonction chair humaine de la politique, l'auteur démontre les vastes imbrications et la force de ce pouvoir sous-terrain.  

    Pas de complotisme dans cette analyse, juste une réalité "virtuelle" poussée jusqu'à son paroxysme - enfin celui d'aujourd'hui , des lendemains encore plus performants peuvent arriver .

    Dans une société qui maintient dans un état d'enfant capricieux, ne supportant pas la frustration, les individus , où le paraître et la pulsion sont les valeurs phares , la forme politique classique qui demande du temps et s'appuie sur le compromis parait devoir s'éteindre pour laisser place à une forme autre...

    Une fois commencé je n'ai pas lâché ce livre qui bien que technique donne envie de tourner les pages pour en savoir plus . 

    smilesmilesmile

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Il faut dépasser les vingt premières pages pour plonger avec délectation, dans la vie de Port-au Prince. Le fond n'est pas drôle, misère, corruption, coup d'état... la trop longue liste de ce qui, régulièrement, secoue Haïti  hélas! 

    Pourtant, tel que le raconte l'auteur on se prend à sourire devant l'énergie, la verve, l'adaptation de ses héros à la situation. Personne n'est dupe, tout le monde trompe tout le monde, personne ne croit en un avenir meilleur. Cocobé , le personnage phare du roman est une sorte de commère  à la moralité douteuse, qui de rhums en punchs, voit tout, sait tout, connait tout le monde et usant de son énergie, de son humour, de sa débrouillardise et de la truculence de son langage nous promène dans Port-au-Prince. C'est lui qui nous amène à découvrir comment se tisse les liens politiques du pays, le rapport entre mulâtres et noirs, paysans et citadins. 

    Le choix d'écrire de nombreux dialogues avec des expressions haïtiennes donne une couleur unique à ce texte qui tout en dénonçant une réalité peu reluisante, traduit la vitalité d'un peuple qui en a vu d'autres et qui ne renonce pas à profiter de la vie.

    Un grand merci à Masse critique Babelio et aux éditions "Le temps des cerises" pour ce roman.

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Les embarras du féminin

     

    L'auteur relit Freud ( mais pas seulement )  au travers de l'histoire de femmes. Elle revient sur le rapport à la mère, la castration et l'hystérie. Elle ouvre ensuite son discours sur le rapport de notre société au corps, aux corps malades et aux promesses qu'offrent la technologie médicale . Ses promesses/prouesses qui renforcent le goût de l'image de soi déjà en oeuvre dans la norme sociale, viennent donner consistance à l'hystérie comme à d'autres névroses.

    Lecture assez technique mais qui ne manque pas d'intérêt pour peu qu'on ait une motivation pour la psychanalyse, sans cela autant éviter. Si on se questionne sur cette médecine hyper- technique et efficace qui prend en charge quelques difficilement pensables, comme le changement de sexe ou la procréation sans relation sexuelle et autres, alors ce livre permet d'y réfléchir. 

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Tempête rouge  Tsering Dondrup

     

    Une tempête rouge, rouge sang, rouge maoïste, qui ruine tout sur son passage, les êtres, les animaux, les arbres.

    Les sévices de la Chine maoïste n'ont rien à envier à sa voisine l'URSS. On y retrouve des ressemblances frappantes: exploiter le prisonnier pour sa force de travail, mettre en place la famine, tuer, humilier, réduire à néant des individus et les faire mourir. 

    Le jour de la "grande abomination" a vu déferler sur le Tibet une vague de violence, que la population tibétaine ne pouvait contrer. La révolution culturelle a achevé le travail de sabotage de l'identité tibétaine. On suit un lama, un lama pas très brillant, malhonnête, voleur, lâche loin de l'image d'Epinal que l'on a en tête. C'est lui qui nous fait découvrir la montée en puissance du pouvoir communiste de son village à la prison.

    Ce roman, d'une construction un peu particulière, est une belle découverte. L'auteur ne pleure pas, n'est pas manichéen, son personnage de Yak Sauvage Rinpoché lui permet même d'utiliser l'humour pour autant il ne minimise pas  la souffrance du peuple tibétain. qu'il nous donne à découvrir.

    La préface de la traductrice est bien faite et nous éclaire , je pense qu'elle est nécessaire à une meilleure compréhension du roman.  

    Challenge globe trotteurs : Tibet Tempête rouge  Tsering Dondrup

    Pin It

    votre commentaire
  • Une saison ardente John Ford

      Une famille américaine type, père,mère, fils, vit des jours tranquilles, ou pas,  dans une ville moyenne du Montana. La perte de l'emploi du père va faire tanguer l'équilibre du trio. Le père part pour participer à la lutte contre un grand incendie, la mère très en colère de ce départ, prend un amant. 

    C'est donc l'histoire de la dislocation d'un couple, racontée par le fils un ado de seize ans environ. 

    Si l'écriture est belle,le manque d'émotions, la distance du narrateur aux évènements m'ont gênée pour apprécier pleinement ce texte. C'est beau mais c'est froid et même un peu ennuyeux et je n'ai pas réussi à être touchée par les personnages . Dommage.smile

    Challenge USA : Montana

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • La bascule du souffle  Herta Müller

     

    J'ai toujours un peu de mal à me souvenir qu'avant la seconde guerre, les pays n'étaient pas habités que de nationaux. Les Allemands étaient répartis sur différents pays dont la Roumanie, pays qui s'associa à Hitler. Quand la guerre fut terminée, la Roumanie étaient du mauvais côté du manche et tomba dans l'escarcelle de l'URSS. Pays traitre , les Allemands de Roumanie- traitres parmi les traitres- devaient payer. 

    Le régime soviétique et son grand chef ont fait ce qu'ils savaient faire très bien, des camps de travail forcé. Des camps, encore des camps, des prisonniers, usés,exploités, sous-nourris ,malades ....de quoi a été fait l'essor de l'URSS.... 

    L'auteur nous offre, dans une très belle écriture, le témoignage d'un jeune homme, qui au travers de courts chapitres, dévoile la réalité, la misère, la petitesse et la dureté de ces années de camp.

    smilesmilesmile

     

    Challenge globe-trotteurs : Roumanie 

    Pin It

    2 commentaires
  •  

    Difficile de résumer ce roman... la crainte d'un attentat et surtout le besoin de la grosse enveloppe de l'Occident pour lutte contre le terrorisme, entrainent les services de renseignements de la Moldavie sur la piste de Ben Laden. Bien sûr de Ben Laden il n'y a pas, pas tout à fait , mais du coup nous visitons le pays au travers de son "élite" et ce n'est pas brillant. Rien ne tient, une équipe de bras cassés, racistes, plus corrompus et pochtronnés les uns que les autres, sans morale, corrompus jusqu'à la moelle, il semble bien difficile de passer de l'ex-URSS à l'indépendance!

     

    J'espère (mais j'en doute ) que l'image de la Moldavie donnée par ce roman est  le résultat de l'imagination fertile de l'auteur. On pourrait avoir un tableau misérabiliste et désespéré mais le choix de l'auteur est de nous faire rire, un rire jaune, caustique, sur les malheurs de son pays . Le pari est réussi, j'ai souri, j'ai ri et finalement je me demande bien à quoi ressemble la Moldavie!  smilesmile

    Globe -trotteurs : Moldavie 

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • La lune s'enfuit  Rax Rinnekangas

    Ca commence gentiment, les souvenirs d'enfance de trois cousins qui se retrouvent chaque été à la campagne et puis...

    Et puis ça glisse vers des souvenirs glauques et d'autant plus effrayants que vécus dans la presque innocence de l'enfance. 

    A fleur de peau des émotions du narrateur, ce petit tour du côté de la fin de l'enfance est très réussi.

    Un roman à l'ambiance lourde où se mêlent religion,secret de famille, parole rare, un roman déroutant et une belle découverte.

    Challenge globe-trotteurs : Finlande

    smilesmile

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Retour à l'attentat de Charlie Hebdo, après Le lambeau de Philippe Lançon, le témoignage de Riss.

    Je dirais qu'il y a trois axes dans ce livre. Le premier concerne les morts, Riss offre de beaux portraits d'une partie d'entre eux. Le second parle plus de son rapport à la mort avant/après et des séquelles de l'attentat dans sa vie. Le troisième dévoile les difficultés qu'il y a eu à remettre Charlie en route.

    Riss reste très pudique et ne s'étale pas sur la vie privée des uns ou sur ses difficultés, quelques touches permettent de se faire une idée . Il est par contre ,très virulent sur un ensemble de personnes qui ont, de son point de vue , joué à un mauvais jeu après l'attentat. Je me souviens vaguement de quelques prises de positions, de choses entendues mais je n'avais pas imaginé une guerre à couteaux tirés après un tel évènement, comme si le pire rendait l'être humain bon....

    S'y ajoute un petit historique de Charlie et ce qu'est le dessin de presse,ses enjeux, ses qualités.

    A lire pour se souvenir et essayer de comprendre. smilesmile

    La lettre de Charb  et ces deux témoignages, ravivent mon attachement à la laïcité, pleine et entière et sans concession.

    Pin It

    2 commentaires
  • Dans les forêts de Sibérie  Sylvain Tesson

     

    Sylvain Tesson est parti s'installer pendant quelques mois d'hiver dans une cabane au bord du lac Baïkal. Ce livre est une sorte de journal de bord entre réflexions, descripitions de la nautre et intendance.

    Il y a de très belles "photos" des paysages, quelques réflexions judicieuses et l'ensemble est agréable à lire.

    Je reste en attente de plus de puissance dans les idées.Ce qui fait qu'un jour on se met en retrait de la société et qu'on s'impose cette épreuve appartient à chacun et  le pourquoi ici est survolé de même que les effets. On reste sur la crête. Il me semble -mais il y a longtemps que je l'ai lu- que Monod était plus riche.

    Je ne sais pas exactement pourquoi mais il y a quelque chose qui m'agace chez cet auteur, c'est un peu trop et pas assez, il y a une entre-deux dans les deux livres lus qui ne me séduit pas. J'en lirai à l'occasion mais je ne ferai pas partie du fan-club.

    smilesmile

    Pin It

    2 commentaires