• Tsiganes  Jan Yoors

    De par mon métier j'ai été amené à m'intéresser, un peu, aux cultures des différentes vagues migratoires. Je sais que l'on crée de gros malentendus, voir un rejet quand on pense que ses valeurs sont les seules existantes mais encore faut-il imaginer que d'autres vivent autrement que nous... ce qui est un vaste programme!

    Les derniers ( la retraite approche) enfants venant d'ailleurs, viennent des Balkans, Bulgarie, Roumanie, Albanie, Kosovo etc, et parmi eux des Roms....

    Ah! Les Roms !!!! Imaginez des familles originaires d'Afrique, du Maghreb ou des Comores vous expliquez que le petit Rom là , il n'est pas éduqué LUI ! Les choses ne changent jamais vraiment n'est ce pas, on trouve toujours un plus étranger, un plus barbare que soi...

    Bref, il fallait que je comprenne mieux cette région, les Balkans, et ce peuple, les Roms et au cours de cette recherche je suis tombée sur ce livre.

    C'est un témoignage étonnant d'un jeune belge qui a choisi de vivre avec les Roms avant la seconde guerre mondiale. Ses parents l'ont laissé faire alors qu'il n'était qu'un enfant et il a ainsi grandi au milieu d'une famille Rom. L'explication des relations entre les Roms et les Gadge vu du côté Rom, m'a particulièrement éclairée. De même on comprend mieux pourquoi ils ont la réputation d'être des voleurs de poules et leur rapport à l'argent et aux biens, très différent du notre. Le plaisir du voyage, de retrouver les autres membres de la famille, les interdits, les règles de vie , les lois qui sont les leurs et qu'ils ne peuvent enfreindre, tous ses points sont décrits et petit à petit on comprend un peu mieux ce peuple qui n'est pas sans foi sans loi mais a ses lois, ses coutumes et sa foi.

    J'ai adoré cette lecture, c'est une vraie ouverture sur le monde, j'en sors plus intelligente, enfin j'espère, et ça se lit sans difficulté. Bien sûr le témoignage date un peu mais néanmoins une bonne partie reste valable à mon avis, ne serait ce que parce qu'il nous ouvre les yeux sur une autre façon de vivre .

    smilesmilesmile

     

    challenge globe trotteurs ( Belgique )

     

    Pin It

    votre commentaire
  • 156 livres pour l'année .

    De très bonnes lectures, les +++ (hors polars ) :

    Le chant d'Achille Madeline Miller  ici

    Le cas Eduard Einstein Laurent Seksik  ici

    La femme de Gilles Madeleine Bourdouxhe  ici

    Des souris et des hommes Steinbeck ici

    La vie devant soi Romain Gary ici

    Un taxi mauve Michel Déon ici 

    Glaise Franck Bouysse ici

    Alamut  Vladimir Bartol  ici

    Les cavaliers Joseph Kessel  ici

    Cyranno de Bergerac Edmond Rostand ici

    La mémoire est une chienne indocile Elliot Perlman ici

    Les misérables Victor Hugo ici

    et d'autres pas terribles du tout... peut-être parce que le trop est l'ennemi du bien ?

     Des challenges en veux tu en voilà :

    Mois belge ici

    Mois anglais  ici

    Mois italien ici

    Mois américain ici

    Décembre nordique ici

    Pavés de l'été ici

    Multi-défis Babelio ici 

    En conclusion , la lecture reste un de mes très grand plaisir smile


    2 commentaires
  • Disgrâce  J.M. Coetzee

    Un prof d'université du Cap, David Lurie,la cinquantaine, passe son temps entre des cours qu'il n'a que moyennement envie de donner, sa maison, des projets d'écriture qui ne commencent pas. Ses relations avec les autres sont médiocres, deux mariages, deux divorces, une fille, peu ou pas d'ami. 

    Une jeune étudiante émoustille son corps et peut-être même un peu son coeur, en tout cas, elle le réchauffe à l'aube de son hiver. L'inévitable arrive, le scandale, un prof ne couche pas avec son étudiante, encore moins quand il a largement l'âge d'être son père.

    Tombé en disgrâce, il va chez sa fille qui vit dans une ferme, dans un coin reculé de l'Afrique du Sud. Les relations père/fille ne sont pas au beau fixe, une grande incompréhension les éloigne. Suite à l'agression qu'ils subissent à la ferme, la situation de l'un et de l'autre va encore s'assombrir.

    Un homme vieillissant qui ne sait que faire de lui, une Afrique du Sud où la violence est très présente, un passé noirs/blancs toujours présent, une fille sans vraiment d'espoir, l'ambiance du roman est lourde, froide, triste, déprimante et les personnages n'ont rien d'attachant ou d'émouvant.

    Très bien écrit, ce roman dérangeant, est malgré tout une très belle lecture qui ne se termine pas une fois le roman fermé, un texte qui continue d'agir après.  smilesmilesmile

    challenge globe trotteurs ici

     

    Pin It

    1 commentaire
  • Les fureurs invisibles du coeur  John Boyne

    L'Irlande, ce pays qui me tente tant est quand même un drôle de pays ! En dehors de son interminable guerre, sa grande famine, il a aussi fallu que ce pays supporte les injonctions d'une église barbare et intolérante jusqu'à il y a peu! Pauvres Irlandais, cela fait beaucoup pour un même peuple ! 

    L'auteur nous livre ici le visage, non pas de la belle Irlande, celle des cartes postales aux paysages tellement séduisants mais celui d'une Irlande intolérante et malveillante envers les siens.

    Pour être tout à fait honnête, ce n'est pas le seul pays qui a eu du mal avec la sexualité de ses habitants, filles mères et homosexuels ne sont pas les bienvenus depuis si longtemps en France. Et quand je dis bienvenus... les infos régulièrement nous ramène à une haine encore bien tenace.

    Catherine jeune adolescente de seize ans est jetée hors de son village pour cause de grossesse hors mariage. Elle part à Dublin pour y travailler et accoucher. Son projet est d'abandonner son enfant pour qu'il soit adopté et avoir ainsi de meilleures chances. 

    Son fils sera adopté par les Avery, riches certes mais si peu aimants. Le jeune Cyril est un enfant un peu particulier qui vit dans un monde où s'il n'est pas maltraité, ses parents adoptifs ne sont pas bienveillants non plus. Très vite, Cyril va sentir une attirance pour les garçons ... mais qu'en faire . Cela va être le grand chemin de vie de Cyril et de tant d'autres. Comment vivre en étant honnête quand on vous dit qu'il n'existe pas d'homosexuels en Irlande, ailleurs peut-être mais pas en Irlande! De honte en mensonges, de tromperies en fuites, la vie de cet homme va prendre un chemin bien compliqué dont il sera le premier à souffrir mais pas le seul. 

    Il parait loin ce temps où les homosexuels étaient non seulement montrés du doigt, rejetés mais aussi tabassés, tués, emprisonnés, où le fléau d SIDA leur était imputé , où l'église parlait du doigt de Dieu ... encore qu'il n'y ait pas besoin d'agiter longtemps le drapeau anti -homo pour que les débordements reviennent.

    Un long roman émouvant sans être pleurnichard qui apporte une autre touche de couleur à la verte Irlande. smilesmilesmile

    Pin It

    votre commentaire
  • Mör  Johana Gustawsson

     

    N'ayant pas lu le premier roman de cette auteure, Block 48, je découvrais ici l'univers et les personnages.

    Suite à la découverte d'un cadavre mutilé de femme , les enquêteurs sont amenés à se poser des questions sur la ressemblance avec d'autres crimes pour lesquels un coupable finit ses jours dans un hôpital psychiatrique. Un copieur? un autre coupable et donc une erreur dans l'enquête précédente? L'équipe vacille au fur et à mesure des découvertes.

    Une autiste asperger, une profileuse, un beau flic un peu balourd, un vieux un peu perdu , l'équipe est nombreuse et les personnages aussi, et certain m'ont paru assez stéréotypés même pour un polar.

    L'histoire se raconte aussi sur différentes périodes des crimes de Jack l'éventreur à la Suède aujourd'hui.

    Sans doute un peu trop de tout ça pour moi, qui me suis un peu perdue dans la lecture alors que j'ai été "happée" par les premières pages.Le noeud de l'énigme, ne m'a pas entièrement convaincue...trop c'est trop? 

    Bref, la séduction des premières page n'a pas tenu sa promesse sur la suite du roman mais ça reste un polar tout à fait lisible.smilesmile

    challenge mauvais genre   ici

    et 

    Mör  Johana Gustawsson

    Pin It

    2 commentaires
  • Avant que les ombres s'effacent  Louis-Philippe Dalembert

    Quelle drôle d'histoire ! 

    Un long voyage partant de Pologne , passant par Berlin puis Paris pour finir en Haïti, sur les pas du Docteur Schwarzberg, nous permet de revisiter l'histoire et particulièrement celle de la seconde guerre mondiale.

    Juif et Allemand, l'avenir ne s'annonçait pas radieux en 1939 pour Schwarzberg et sa famille. Les uns partant en Amérique, d'autre en Palestine, les Haïtiens seront les sauveurs du docteur. Ce sont eux les vrais héros du roman, jouisseurs, buveurs, jamais sérieux mais fiers,  généreux et fidèles  à leurs amis. Que ce soit les exilés de Paris où ceux du pays , l'auteur dresse de très beaux portraits d'hommes et de femmes, qui donnent envie de découvrir le pays et ses habitants. 

    Cocasse, drôle, émouvant, pudique, ce texte est une belle invention pour relire la période noire de la chasse aux juifs en Europe et comprendre, un peu l'histoire de ce pays qu'est Haïti, un si grand pays dans le texte et un pays tellement malmené dans la réalité mais peut-être Haïti est-il les deux... 

    A lire pour découvrir un autre visage d'Haïti.

    smilesmilesmile

     

    Challenge globe trotteur   ici 

    Pin It

    2 commentaires
  •  

    L'écriture sur le mur  Gunnar Staalesen 

    Suite à la disparition d'une jeune adolescente, la famille fait appel à Varg Veum.  Celui-ci se met en quête de la jeune fille tout en respectant les prérogatives de la police. Il découvre un trafic de prostitution de jeunes filles. Si les "patrons" de ce trafic ne sont pas des hommes de bien, les consommateurs ne sont pas non plus très "beaux". On suit volontiers Veum dans les rues, les bars, les hôtels de Bergen sur les traces de ce trafics afin de découvrir qui est derrière la disparition de l'adolescente.

    C'est noir, violent et un brin sordide mais c'est une enquête bien menée à laquelle nous convie Varg Veum. smilesmilesmile

    L'écriture sur le mur  Gunnar Staalesen  ici

    Challenge mauvais genre   ici

    Pin It

    5 commentaires
  • La belle de Joza  Kveta  Legatova

     

    Voilà un très joli petit roman, délicat tout en finesse et pudeur, une très belle lecture.

    En Tchécoslovaquie, durant le seconde guerre mondiale, une jeune femme à qui l'avenir sourit, médecin, instruite, belle, aimée, voit son destin basculer. Trahie par un amour qui n'était pas à la hauteur de ses espoirs, en danger de mort pour ses activités clandestines, elle doit de tout urgence quitter sa vie . Elle devient, une simple campagnarde, épouse d'un homme un peu benêt, dans un village reculé .

    Elle va s'adapter à une vie tout autre que celle qu'elle connaissait , une vie dure, rude, où la femme n'a pas une place enviable, une population aux valeurs très différentes des siennes et un mari, ni choisi, ni aimé ...

    De cette relation étrange nait un amour, ni torride, ni passionnel, bien loin des clichés d'aujourd'hui, un amour tissé de tendresse, d'attentions, de respect, un amour qui va unir fermement ces deux là.

    smilesmilesmile

     

    Challenge globe-trotteurs ici

    Pin It

    2 commentaires
  • Le feu dans le ciel   Anne Robillard

    Premier tome d'une saga, on découvre le royaume d'Enkidiev et les chevaliers d'Emeraude, unité de combat voulu par le roi Emeraude 1er. Des dragons ont attaqué le royaume de glace et tué tous ses habitants dont la reine Shola. Le plus prometteur des chevaliers d'Emeraude, lié sentimentalement à la reine Shola est très touché par la disparition de celle-ci. 

    Le danger est immense et imminent les chevaliers doivent donc faire le tour du royaume et organiser la défense.

    Tout y est, amour, pouvoir, magie, guerre, complot ,c'est bien vu on est d'emblée dans l'action, les personnages sont attachants et les mondes imaginaires accessibles. Je pense qu'en tant que lecture pour ado c'est réussi, moins pour moi qui suis adulte.

    challenge mauvais genre ici 

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Une jeune femme toxico, vient d'être tuée dans l'immeuble d'un flic déchu, Léo Junker. Celui-ci, bien qu'en pause professionnelle, rentre dans l'appartement du crime et observe, cogite et trouve même un objet qui va l'interpeller. N'étant pas en odeur de sainteté, il ne peut pas vraiment mener l'enquête d'autant plus que très vite il va apparaître comme suspect. Néanmoins Leo va fouiller sa mémoire et le présent pour trouver qui est le coupable .

    Avec un fond de vengeance et de rancune tenace, un flic qui n'a pas toujours été un héros, une police qui joue avec ses pions humains la tension monte peu à peu et le livre se lit facilement. L'alternance des chapitres passé/présent m'a par contre ralenti dans ma lecture sur le première moitié le temps de repérer qui est qui.

    Le syndrome du pire  Christoffer  Carlsson

     

    challenge mauvais genre  ici

    challenge globe trotteurs la Suède ici

    Décembre nordique ici 

    Pin It

    1 commentaire