• Tanamera.    Noël Barbier

    C'est une vaste saga sur trois générations qui se passe en Malaisie et commence au début du XXe siècle. 

    Le grand-père, buveur, jouisseur, aventurier a fondé la première entreprise Dexter et fait construire Tanamera, la propriété qui convient à une riche famille. Personnage extravagant, à forte autorité il est l'âme de la maison. Le père, lui est un homme bien élevé qui respecte les convenances. C'est bien pour ça qu'il se fâchera avec son fils quand celui-ci tombera amoureux de la belle Julie Soong. 

    Julie est chinoise et les mariages mixtes sont inacceptables d'un côté comme de l'autre. Les parents de Julie comme de Johnie vont tout faire pour séparer et éloigner l'un de l'autre les deux amoureux. Cela va fonctionner, un temps, car la guerre qui s'invite en Malaise change la donne.

    Roman très agréable à lire qui m'a permis de découvrir une partie de l'histoire de la Malaisie et de Singapour. Les amours des uns et des autres sont crédibles et celle des héros particulièrement réussie avec un personnage féminin bien campé et un jeune homme qui peu à peu s'étoffe et assume son amour envers et contre tout. smilesmile

    Challenge Globe trotteurs : Singapour

    Challenge coeur d'artichaut

    Pin It

    votre commentaire
  • Les chansons d'abord. Georges Brassens

    Ce livre a tout pour me plaire, acheté d'occasion sur le site Label Emmaüs, il est un peu jauni, a une odeur de vieux papier et surtout, surtout on y trouve tous les textes de Brassens.

    Très fière de moi je me suis confirmée que j'en connaissais beaucoup  mais  il me restait quelques inconnues que je découvre au fur et à mesure tout en relisant avec plaisir les autres.

    Pour les inconditionnels de Brassens !

    smilesmilesmilesmile

    Pin It

    votre commentaire
  • Allah n'est pas obligé Ahmadou Kourouma

    C'est à hauteur d'un enfant, un petit gars, Birahima, ni plus ni moins qu'un gamin que l'on va découvrir une face bien sombre de l'histoire récente de l'Afrique de l'Ouest. 

    Birahima dont la mère vient de décéder doit partir avec sa tante pour le Libéria. Celle-ci ayant du s'enfuir, à charge pour cet enfant de la retrouver, c'est avec un féticheur Yacouba, qu'il part pour traverser des pays qui ne vivent qu'au son des Kallach. Ce gamin pour survivre va se retrouver enfant-soldat. 

    Le  style est un peu surprenant au départ mais finalement colle parfaitement au héros, il permet quelques apartés joliment politiques sans avoir l'air d'en faire. 

    J'ajoute que pour ma part, les proverbes et expressions africaines m'ont réjouie , j'aime ce français parfaitement français mais différent qui habite la francophonie.

    Un roman dérangeant. smilesmile

    On a un peu oublié aujourd'hui, ces enfants soldats aux regards troubles portant des kallachs quasiment plus grandes qu'eux, que sont-ils devenus c'est ce que je me demande après la lecture de ce livre.

    Challenge Globe-trotteurs : Liberia

    Pin It

    1 commentaire
  • Ermites dans la Taïga. Vassili Peskov

    Dans les années 1980, des géologues soviétiques, découvrent une famille vivant coupée du monde depuis 1938. Ils vivent en vase clos, dans une taïga hostile, loin de tout et de tous. 

    Ce livre relate les différentes rencontres qu'un journaliste a eu avec cette famille.

    Un peu perplexe en regardant le livre, j'ai été happée par cette histoire surprenante et finalement j'ai lu en très peu de temps ce que je pensais être un livre indigeste.

    La. raison de cette retraite du monde, "du siècle", est religieuse, je dirais que comme d'habitude, des broutilles créent la scission éloignant à grands pas et à grande vitesse de l'esprit des textes sacrés...

    D'éloignement en éloignement, cette famille s'est retrouvée enfin isolée, loin de tout ce qui était mauvais et a survécu. Que leur survie tiennent du miracle entre la nourriture rare, le froid, les maladies est certain mais je dois dire que ce qui m'impressionne le plus c'est qu'aucun de soit devenu fou et qu'il n'y ait eu aucun cas d'inceste. 

    C'est "Dans les forêts de Sibérie" de Tesson mais en beaucoup beaucoup plus rude et pour toute une vie !

    Pour le plaisir d'une histoire incroyable il faut découvrir ce livre. 

    Challenge Globe trotteurs : Kazakhstan

    Pin It

    2 commentaires
  • A l'Ouest rien de nouveau

    Guerre de 14/18 au coeur des tranchées, des combats, des bombardements, le narrateur, jeune soldat allemand livre son témoignage sur cette immense boucherie. 

    C'est un récit dur, très dur. Les combats, les blessés, les morts éparpillés en morceaux, les attaques de gaz, les baïonnettes  enfoncées dans le corps de l'autre, les coups de pelle qui tranchent un cou, les poux, la faim, les jambes coupées, les visages défigurés, la peur, la folie et pour faire face à cela la camaraderie et un instinct de vie chevillé au corps. Ces jeunes gens  s'accrochent à des choses terre à terre,  manger, dormir, fumer, il faut tenir. 

     Le narrateur pourtant soulève la question du sens de cette guerre, car qui, les soldats ont-ils en face d'eux si ce n'est les mêmes qu'eux, des paysans, des ouvriers qui voudraient être chez eux, qu'ont-ils a gagné tous à s'entretuer ...

    C'est un court roman qui sonne juste, qui touche et devrait nous rendre humbles devant nos petites misères de gens qui vivent en paix depuis si longtemps...

    Un des meilleurs romans que j'ai lu sur cette guerre. smilesmilesmile

     

    Pin It

    votre commentaire
  • By the river of Babylone

    Les dreadlocks d'un petit garçon sont le déclencheur de ce roman, qui a coupé les dreads de Kaia et que dit cette poignée de dreads sur le sol... Peu importe l'histoire finalement, il faut se laisser prendre par le rythme de la voix de Ma Taffy, vieille femme d'Augustown, semi-aveugle pour découvrir une Jamaïque pauvre, sale, violente, insolente, fière et ensorceleuse et entendre avec elle l'arrivée de l'autoclapse.

    Joli texte qui a le charme des contes et des légendes mais aussi la cruauté de la réalité.

    smilesmile 

    Challenge globe-trotteurs : Jamaïque 

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    J'ai choisi ce roman pensant que c'était une romance dont les personnages avaient (beaucoup) plus de trente ce qui m' est apparu assez séduisant.

    Début du roman impeccable, une rencontre délicate, pas de bimbo à l'horizon, un centre d'intérêt les livres et Marseille en fond, tous les ingrédients pour une lecture sympa .

    Et puis ... et puis ça vrille et pas qu'un peu ! 

    Du coup adieu romance bonjour la vie et ses coups en traitre, la belle se retrouve au bord de la mort suite à un accident  et ceux qu'elle aime vont devoir se débrouiller avec ça .

    Je ne sais que dire de ce roman, il m'a "eu", j'ai sorti les mouchoirs mais je lui en veux un peu car je ne l'avais pas choisi pour ça, il y a une forme de conflit entre lui et moi en quelque sorte. Si on aime les romans qui font vibrer notre sensibilité alors il a toute sa place.

    smilesmile

     

    Challenge Coeur d'artichaut.

    Pin It

    votre commentaire
  • Amkoullel, l'enfant Peul  Amadou Hampâté Bâ

    C'est un plongeon dans l'Afrique de l'Ouest du début du XX siècle, quand des peuples, pas encore découpés à "l'européenne", vivaient selon des traditions très anciennes et savamment agencées et dont l'histoire était connue par la tradition orale et la mémoire des anciens.

    On peut lire cet ouvrage selon différents angles, sociologique, historique, l'opposition  blancs/noirs, la place des hommes et des femmes, l' Islam et l'animisme , il ya tout ça et sans aucun doute plus.

    Pour ma part, je me suis laissée emporter par la capacité de conteur d'Amadou Hampâté Bâ  et tout a été plaisir et émerveillement au long de ce livre, la langue, les connaissances, l' Afrique dessinée, totalement maraboutée par la parole de l'auteur. 

    smilesmilesmilesmile

    Challenge globe trotteurs : Mali

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    C'est une grande fresque comme les réussirent si bien les auteurs russes, qui nous entraîne de Moscou à Pétersbourg comme à la campagne, du monde des nobles à celui des paysans, une vue riche et critique sur la vie sociale de la Russie de la fin du XIX e siècle. 

    Des personnages, toujours tourmentés, se débattent entre le bien et le mal, la religion, le pardon, d'excès en repentance, chacun tente de tracer son chemin spirituel et de trouver un sens à sa présence sur terre.

    Et l'amour s'impose comme pivot du récit, qu'il soit passionnel et dévorant comme entre Anna et Vronsky , paisible entre Kitty et Levine, non partagé entre Dolly et Stépane, l'amour entre hommes et femmes mais aussi l'amour maternel qui a une large part dans le roman.

    Les histoires d'amour finissent mal en général mais quelles belles histoires elles nous offrent !

    Un roman qui se lit avec délice et transporte le lecteur dans un monde bien différent du notre.

    Pavé de l'été Pocket 980 pages

    Coeur d'artichaut

    Pin It

    1 commentaire
  • Vie et destin   Vassil. Grossmann

    Difficile de résumer pas loin de 1200 pages d'un roman qui n'a rien d'un turn-over et a failli ne jamais être édité !

    Stalingrad, la ville mais ici surtout la bataille de Stalingrad( immense boucherie, 800000 morts soviétiques et 400000 du côté allemand)  sert de fond à ce roman. La guerre est là avec ses souffrances, sa violence, ses morts, ses soldats si jeunes trainant dans la boue, le froid et crevant de faim. Pourtant ce n'est pas vraiment un roman de guerre. La guerre révèle seulement les similitudes des deux systèmes totalitaires qui s'affrontent. 

    Dénonçant les purges précédentes, les faux procès, la partialité des décisions, la collectivisation, les camps des goulags, l'aisance de certains face à la misère de la très grande partie de la population, le racisme latent sous "l'amitié entre les peuples", l'antisémitisme, on ne peut s'étonner que le manuscrit ait été détruit par l'état. Ce même état  brise  les personnages qui oscillent entre le bien et le mal et sont toujours sous la terreur d'une décision arbitraire . 

    La lecture de ce roman est exigeante , il n'a rien d'une bluette. La dénomination des personnages par différents patronymes complique la lecture au début. Je pense qu'il est bon d'avoir quelques idées sur l'histoire de l'URSS  pour l'aborder. 

    Roman difficile, dense et riche.

    smilesmilesmile

    Pavé de l'été,  Le livre de poche, 1172 pages.

    Vie et destin   Vassil. Grossmann

    Pin It

    3 commentaires