• Ah ! L'été, le soleil , les petits oiseaux, les vacances et ..... le challenge pavé de l'été!!!!!

    Le choix des genres, auteurs, thèmes est libre, seule condition imposée le livre doit faire au moins 600 pages  yes

    Organisé sur le blog : Sur mes brizées

    Tout est expliqué ici et on peut y trouver les archives des années précédentes pour puiser des idées de titres.

    Voilà , y'a plus qu'à .... sortir les gros livres que l'on n'a pas le temps de lire dans l'année . Bonnes lectures 

     

    Suivi 

    L'enfant du lac Kate Morton  ici 

    Le médecin d'Ispahan  Noah Gordon ici 

    La cathédrale de la mer Ildefonso Falcones  ici 

    Angélique marquise des anges Anne Golon  ici 

    Les misérables tome 1 Victor Hugo   ici

    La mémoire est une chienne indocile  Elliot Perlman  ici 

    Les cavaliers  Joseph Kessel  ici

    Les fantômes du vieux pays  Nathan Hill  ici

    Maine   J.Courtney  Sullivan ici

    Les Pardaillan  Michel Zevaco  ici 

     


    2 commentaires
  •      Les Pardaillan  Michel  Zevaco

     

    Les romans de cape et d'épée n'ont jamais fait partie de mes lectures mais comme j'ai décidé de passer outre mes à priori littéraires, je me suis lancée dans Pardaillan et bien m'en a pris.

    Pardaillan c'est une lecture tornade. Rien ne résiste aux Pardaillan , père et fils . Rambo, peut aller prendre des leçons, les Pardaillan n'ont peur de rien et  résistent à des ennemis plus nombreux et mieux armés . Il y a du Asterix chez ces deux là, leur plus grande force est la ruse mais ils sont sans potion magique . Sans contrainte, ils choisissent leur cause et défendent la veuve et l'orphelin plus que le noble fielleux. Il y a de l'anar chez ces gens là, de l'anar à la Brassens , libres de leur pauvreté, libres de ne rien avoir et d'en faire une force. 

    Ils me rappellent Fanfan la tulipe, grand bagarreur, buveur et trousseur de jupons. Chez les Pardaillan on trousse peu mais on boit avec outrance et l'on se goinfre sans souci de son cholesthérol . 

    La période historique qui sert de fond à la trame des aventures des Pardaillan, ( autour de la St Barthélémy)  est riche en complots, trahisons, délations et autres coups bas qui font le charme des gens de pouvoirs smile . Catherine de Médicis intrigante magnifique et sans limite, attise les feux, poussent les uns, contrôlent les autres sans jamais faillir . C'est l'occasion de revoir les guerres de religions entre protestants et catholiques et de se souvenir que d'inquisition en massacres d'huguenots, sans compter les conversions forcées de par le monde, le message de tolérance du Christ a été souvent perdu par les représentants de la religion catholique.

    Une très looongue épopée, un roman feuilleton, qui s'étale sur dix volumes, mais réunis ici en trois , dont je n'ai lu que le premier....qui fait malgré tout ses 1300 pages!  Un roman jouissif , bavard, coloré, enjoué, dans une langue un peu passée mais fort agréable à lire, bref un vrai plaisir de lecture.

     smilesmilesmile

     

    babelio multi défis  47. Un livre choisi sur l'île déserte d'un autre challenger   Pancrace

     

    Les Pardaillan  Michel  Zevaco  ici 

    Pin It

    2 commentaires
  •  Deux hommes, Son Holland et Hugh Allison s'échappent du pénitencier de  Louisiane , un e Louisiane encore française puisque l'action se situe dans les années 1830.

    Poursuivi par les gardiens du pénitencier, les deux fugitifs mettent tout en oeuvre pour leur échapper. Se sentant cernés, ils décident de rejoindre l'armée de la révolution texane.... car il fut une époque où les Mexicains avaient la main mise sur les états du sud et tenaient la dragée haute aux Américains....

    Dans ce court texte, on découvre un pays encore en formation, des terres peu avenantes, des indiens, des bandits et ces deux hommes qui bien que très différents vont tracer un beau sentier d'amitié entre eux.

    Une ambiance particulière, deux héros attachants, une poursuite, une guerre, de quoi faire un western bien typé et agréable à lire .

    smilesmile

     

    Texas Forever  James Lee Burke

    Pin It

    2 commentaires
  • Maine  J.Courtney Sullivan

    Le père Kelleher a gagné un jour un terrain au bord de mer dans le Maine. Le bungalow construit avec ses frères a vu grandir ses enfants, puis les petits enfants et même les arrière-petits enfants y viennent. C'est la maison de famille dans toute sa splendeur, celle qui réunit, été après été, les différentes générations et les différentes branches d'une famille.

    Les Kelleher ne sont ni pire ni mieux que tant de familles. De souche irlandaise, le père et surtout la mère sont pétris par l'église catholique et donc par la culpabilité, la faute et le péché... Chez la mère qui cache, un acte, pour elle impardonnable , l'église est son pilier, son réconfort même si elle met peu en pratique dans sa vie familiale les principes de pardon et de générosité... Empétrée dans la religion et une époque où les femmes étaient faites pour être mariées et avoir des enfants, elle a abandonné son espoir d'une vie autre, pour rejoindre ce dont elle ne voulait pas vraiment. Si l'on y ajoute l'alcool on comprend le caractère colérique et mesquin de cette femme . 

    Le récit est fait par quatre femmes de la famille, l'aïeule, sa fille et sa belle-fille  et une petite fille. Les hommes ici n'ont pas grande place, si ce n'est le père, ils s'inscrivent dans le décor sans jamais être tout à fait essentiel à l'histoire . 

    Les histoires de famille sont là, toujours un peu plus enkystées au fur et à mesure du temps, chacune jouant sa partition, ressassant ce qui permet de se justifier, les non-dits des unes côtoyant les excès verbaux des autres, personne ne réussissant à faire un pas de côté pour mieux regarder l'autre.

    Ah, les jolies névroses que l'on se transmet dans les familles....

    C'est un roman agréable à lire et qui sans être d'une ampleur exceptionnelle offre une belle palette des sentiments familiaux et un regard sur les changements intervenus dans la vie des femmes en quelques générations.

    smilesmile

     

     

    Maine  J.Courtney Sullivan   ici 

    Maine  J.Courtney Sullivan  ici 

    Pin It

    3 commentaires
  • Casco Bay

     

    Ah! Chouette un nouveau héros récurent de polar , et quel personnage, il fallait y penser , utiliser un amnésique comme enquêteur....

    Stoney Calhoun a tout oublié de sa vie d'avant depuis qu'il a été touché par la foudre il y a sept ans. Quelques bribes de souvenirs émettent de très légères ondes qui chatouillent sa conscience mais rien qui lui permette de vraiment savoir qui, il fut! 

    Pragmatique, puisque sa vie précédente a disparu, il vit sa nouvelle vie sans complexe et s'adonne à ses plaisirs,à savoir,  son amoureuse, son chien et la pêche. C'est un homme solitaire, qui vit dans un coin perdu du Maine, un peu hors du temps . Comme il faut bien gagner quelques pièces, il accompagne sur son bateau, des gens qui souhaitent une partie de pêche.

    C'est au cours d'une sortie avec un touriste qu'il accoste sur une île où il trouve un cadavre brûlé. Bien que souhaitant se tenir en dehors de cette enquête, il va collaborer avec son ami le shérif. 

    C'est une bonne enquête, bien menée, un polar de qualité avec une très belle place à la nature, mais le plus grand plaisir c'est de découvrir Stoney Calhoun smile. Aucun doute, je vais tenter d'autres romans avec ce Stoney qui a toute ma sympathie .

    smilesmile

     

     

    Casco Bay   William G.Tapply    ici

    Challenge mauvais genre ici

    Pin It

    1 commentaire
  •  

    Un homme, Al Kenner, emprisonné, un géant de 2,20m , livre le récit de sa vie . Cet homme a tué ses grands-parents. Il a été interné puis considéré comme guéri et remis en liberté. Avec cette deuxième partie de vie, il a essayé de faire au mieux mais il est retombé encore plus violemment du côté où il penchait. Cet homme a réellement existé et fait partie des grands meurtriers des USA. 

    Le mal est-il tapis en lui comme le pense sa mère ou a-t-il été savamment semé par cette même mère, l'auteur évite bien de se prononcer. C'est une des forces de ce roman, soulever un coin du drap qui cache cet homme, nous montrer, puis reposer, soulever le drap à un autre endroit sans jamais nous montrer la totalité de l'âme du géant. Peut-on d'ailleurs  jamais montrer le tout d'un être humain....Al Kenner est un individu qui a souffert, souffre et fait souffrir. Très détaché des affects,  se réfugiant derrière son intelligence et une certaine morale (aussi curieux que ça paraisse),  il n'est pas très facile à apprécier .

    Circonstances atténuantes et perte de toute humanité dans ses actes se suivent et se heurtent , Du coup on oscille entre un élan de sympathie et une franche répulsion.

    L'auteur ne ménage pas le lecteur, non seulement par les actes relatés mais surtout par le balancement de sentiments qu'il fait naître.  Je découvre cet auteur avec ce titre et je sais que je lirais d'autres titres de lui car la lecture de ce livre fut d'une certaine manière, envoutante .  smilesmilesmile

      

    Avenue des géants  Marc Dugain   ici

    Challenge Mauvais genre Babelio  ici

    Pin It

    6 commentaires
  •  

    La famille Goodenough est venue s'installer , ou plus exactement s'est échouée dans la région du Black Swamp dans l'Ohio.  La région est peu favorable aux nouveaux arrivants, marécages, fièvre des marais, terre envahie d'arbres, le travail est rude et le rendement minimum. Les Goodenough ajoutent à ces conditions, une mère qui boit, s'occupe peu de son foyer, n'a pas un élan maternel très développé et un père qui se réfugie dans son verger et ses pommiers. La guerre, entre ces deux là, fait vvire les enfants dans une ambiance délètère. Les enfants meurent de la fièvre des marais et ceux qui survivent, s'étiolent à petit feu dans la violence et le manque d'amour.

    Comme dans tout couple en conflit, peu importe le sujet de la bataille l'important est qu'il y ait bataille, ici, ce sont les pommiers, sucrés ou à cidre qui sont l'enjeu apparent, chacun défendant fermement son point de vue. Le conflit finira en drame . Robert, le fils le plus proche du père partira vers l'ouest et trouvera à utiliser sa passion pour les arbres.

    Les arbres sont le sujet principal du roman, pourquoi pas, si ils sont intégrés au récit de façon harmonieuse, hors ici j'ai souvent eu l'impression d'avoir des leçons de botanique, certes intéressantes, mais coupées du récit. Cela ressemble beaucoup aux livres pour enfants du XIXe et début XXe où il fallait que chaque page soit l'occasion d'apprendre .

    Les personnages ne m'ont pas particulièrement accroché non plus. Bref une lecture où je suis restée au bord et qui ne me laissera pas un grand souvenir.

     

    A l'orée du verger Tracy Chevalier    ici 

    Pin It

    5 commentaires
  • Les dames du lac

     

     

    Le sujet du roman est connu, décliné sous toutes les formes,bd, films, romans ... la légende arthurienne. J'ai une tendresse pour cette légende alors que le fantastique n'est vraiment pas mon genre de prédilection.

    Merlin, Viviane, Morgane, Arthur, Lancelot, Avalon, Excalibur,  on retrouve ici tous les lieux, personnages, objets qui font le décor de la légende. Pour le fond, intrigues, jalousies, pouvoir, trahison, amour, animent les personnages. 

    Dans ce roman l'originalité tient dans la grande place des femmes de cette histoire. Elles sont mises en avant et l'on s'intéresse plus à leur destin que dans d'autres versions. Si l'idée est bonne la réalisation est poussive. La première moitié m'a emballée, je me voyais déjà lisant les autres tomes, puis mon intérêt a flanché et j'ai fini difficilement ce roman. smilesmile 

     

    Les dames du lac               ici

    challenge mauvais genre Babelio  ici

    Pin It

    4 commentaires
  • Le dernier gardien d'Ellis Island  Gaëlle Josse

     

    J'étais persuadée d' apprécier ce roman, vu les critiques positives et l'auteure.... et bien non !

    Le gardien d' Ellis Island va quitter l'ile et ses fonctions après 45 ans de service . Habitant l'île ,en plus d'y travailler, toute sa vie se résume, en gros , à ce lieu.  Lieu chargé d'histoire et d'histoires , qui a vu débarquer des millions d'exilés, qui venaient tous tenter leur chance en Amérique. Ce gardien revient sur les moments qui l'ont marqués. La rencontre avec sa femme, un et une exilé, un collègue, une sorte d'inventaire. 

    L'idée était intéressante mais j'ai trouvé le récit ennuyeux, le narrateur tellement vide de vie que je n'ai pas réussi à ressentir la moindre émotion au cours de son récit. Ce très court roman n'aura pas réussir à me séduire.

    Bref une déception.

    Le dernier gardien d'Ellis Island  Gaëlle Josse   ici

     

    Pin It

    6 commentaires
  • Retrouver Walt Longmire et le Wyoming est toujours un plaisir pour moi. Celui-ci ne fera pas exception, même si j'ai mis un petit peu plus de temps à entrer dans l'histoire. Une enquête avec Walt Longmire, c'est avancer à petits pas, pas d'équipements sophistiqués mais une équipe réduite au minimum, le "flair" du bon flic,t la force de la loi et la conviction de sa justesse.

    Démarrant sur quelques soupçons sur la santé mentale d'une vieille dame, Walt va découvrir un gamin en fugue , gamin qui cache une secte avec fond de maltraitance, abus sexuel , violence bref une de ces joyeuses sectes aux interdits et intérêts malsains. A cheval sur deux états, Walt va devoir croiser ses intuitions avec ses collègues pour découvrir ce qui se cache derrière la secte...

    Un récit en forme de poupée russe qui fait la part belle à Walt et sa coéquipière Vic, une petite participation de l'Ours et le Wyoming ! 

    smilesmile

      

    La dent du serpent  Craig  Johnson    ici

    Challenge mauvais genre Babelio

    Pin It

    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique