• Cent millions d'année et un jour

    Une envie de sortir de mon programme de lectures, un pas de côté et fouinant de ci de là je me décide pour ce roman.

    Au tiers j'ai eu une hésitation, le terminer ou pas , j'avais l'impression d'un énième livre déjà lu ailleurs et j'ai continué. Bien m'en a pris car c'est un fort joli roman, pudique, poétique, mélancolique .

    Un paléontologue vieillissant monte une équipe pour partir à la recherche DU rêve paléontologique, découvrir un inconnu, un très ancien vivant, englouti dans les glaciers et failles des montagnes.

    Quatre hommes qui arpentent une montagne hostile. 

    C'est pour notre héros, une relecture de sa vie, son enfance, ses rêves et sa fidélité à sa mère.

    C'est très beau! 

    smilesmilesmile

    Pin It

    votre commentaire
  • La somme de nos folies  Shih-Li Kow

    Un roman pétillant où deux voix racontent les menus détails de la vie d'un village malaisien et plus particulièrement la "grande maison" propriété de Beevi, personnage hors norme . Auyong et Mary-Anne racontent les petits  et les grands maux, les rencontres entre la nouveauté et la tradition, les légendes, les mensonges et la vérité quelque part .

    J'y ai trouvé un petit côté "Beignets de tomates vertes ", les difficultés existent mais elles ne résistent pas à un féroce appétit de vie .

    Un roman très agréable à lire, dépaysant et vivifiant. smilesmile

    Challenge Globe Trotteurs : Malaisie 

    Pin It

    2 commentaires
  • Septembre c'est le retour des terres sauvages, des grands espaces, des buildings aussi, du nord, du sud, des Rocheuses, des Amérindiens ...bref c'est le retour du mois américain 

    Le groupe sur FB ici  et ici   pour voir le bilan de l'année passée .

    Pour ma part il va me permettre de regrouper deux challenges, du coup je prépare une belle liste de livres .smile   Le mois américain

    Le mois américain

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Deuxième tome de la trilogie hambourgeoise, le premier ici , m'avait plu, le second encore plus, le troisième sera donc lu .smile

    On a découvert le corps d'un adolescent sur une bombe qui n'a pas explosé. L'inquiétude est plus pour la bombe que pour l'ado car les morts d'enfants n'ont rien d'extraordinaire en 1947, alors qu' Hambourg est encore un vaste champ de ruines. Néanmoins Stave, l'inspecteur, veut comprendre et trouver le coupable. Pas de courses poursuites , l'essence est rationnée et les rues défoncées, pas d'expertises pointues les laboratoires ont disparu, reste à arpenter de long en large le fantôme de cette ville en suivant Stave. Des enfants-loups qui errent dans la ville aux adultes qui trafiquent de tout pour tout, survivre dans une ville détruite dans un pays qui a perdu la guerre sous autorité étrangère n'est pas une sinécure. 

    Les personnages principaux, s'étoffent, le commandant MacDonald et la jolie secrétaire allemande, subissent le courroux de tous. Stave en bon personnage de flic est un handicapé dans la relation à ceux qu'il aime et on le voit s'enfoncer tout seul devant son fils et son amante.

    Un bon polar historique. smilesmile

    Pin It

    2 commentaires
  • Les chiens de Détroit

     

    Détroit ville à la dérive est le décor dans lequel travaille Stan Mitchell flic usé, abimé et c'est lui qui va devoir gérer des enlèvements et crimes d'enfants mais l'enquête échoue.

    Des années plus tard, de nouveaux enfants sont enlevés, le scénario est semblable . 

    Une collègue, Sarah Berkhamp,fragile, est chargée de l'enquête, accompagnée de Mitchell.

    Un géant, un géant qui enlève les enfants au rythme d'un comptine, un roman qui se lit d'une traite mais qui ne me laissera pas un souvenir impérissable.

    smilesmile

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Tout débute en Afrique avec Bayangumay, petite fille que l'on voit grandir et se marier. Puis c'est l'horreur , on tue, on brûle, on enlève les survivants vers le bateau des blancs qui emmène sa cargaison aux Antilles, en Guadeloupe.

    Bayangumay, enceinte après le viol d'un marin, met au monde une petite métisse dans laquelle elle a bien du mal à se reconnaître.

    C'est cette enfant métisse que l'on va suivre, petite fille malheureuse qui ne trouve pas sa place et qui croise l'histoire avec la révolution française et fuit rejoindre les nègres marrons .

    L'écriture est particulière, envoutante, poétique et décrit les horreurs de l'esclavage et la tragédie du déracinement.

    smilesmile

    Pin It

    votre commentaire
  • Mendelssohn est sur le toit  Jiri Weil

     

    Prague, seconde guerre mondiale, le ghetto juif, y vivre, y survivre , y mourir...

    Tout commence par ce qui devrait être un non-évènement et ressemble à une blague, détruire la statue de Mendelssohn, musicien juif, qui orne le toit d'un lieu de concert, une blague car ceux en charge du travail ne savent pas qui est ce musicien et quelle statue ils doivent faire tomber! 

    C'est pourtant très important pour les responsables Allemands, installés à Prague et par ricochet pour toute la chaine de responsables qui découle de la mise en place du système nazi. Système hyper efficace qui tient tous les juifs par la barbichette. Quand sa vie ou celle des siens est en cause, chacun compose avec le mal pour tenir encore un peu, quitte à y perdre une partie de son âme comme certains des protagonistes. 

    Peu à peu, passant de la statue à déboulonner au ghetto, traversant la ville de Prague et rappelant ce que fut cette ville, on voit la force de la violence dans la déshumanisation des juifs et le mépris pour les Tchèques. Au travers de quelques mots, de quelques comportements semés le long du récit on voit aussi se mettre en place une défaite qui hante, malgré le discours officiel, les nuits des soldats allemands.

    Ce roman est particulièrement réussi dans sa description de la vie sous l'occupation et tout particulièrement du ghetto juif. Ce n'est sans doute pas le roman le plus émouvant que j'ai lu sur le sujet mais il a sa touche personnelle qui le distingue des autres, je trouve. smilesmile

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Le temps et le vent  Erico Verissimo

    Le roman commence au Sobrado et se termine au Sobrado, entre temps, l'auteur nous entraîne, sur un peu plus de 600 pages, dans une épopée du Brésil.

    De l'histoire du Brésil je ne connais rien, l'Amérique du Sud n'a jamais eu d'attirance pour moi. J'ai donc un  peu pataugé parfois sur des évènements ou des dénominations mais ça n'a en rien réduit le charme de cette histoire. 

    De guerre en guerre, de génération en génération, d'hommes en femmes , le Brésil prend forme sous nos yeux. Les Indiens, les Noirs, les Portugais, les Espagnols, les Allemands ,( et oui ce pays semble une terre d'émigration pour les Allemands depuis longtemps) vivent cahin-caha ensemble. La terre est défrichée, l'élevage et l'agriculture se tournent autour, les lois se mettent en place, le progrès lui même, arrive !

    On y voit les grands domaines se mettre en place, les classes sociales se reproduire du plus riche au plus pauvre, le métissage se faire, la dureté de la vie sur une terre pas si facile et la ville de Santa Fé se construire de cabanes en maisons.

    L'auteur décrit une galerie de personnages, tous plus attachants les uns que les autres, même les "vilains" ont du charme sous sa plume alors que la violence est là ,palpable à chaque page. Hommes taiseux, taciturnes, sérieux ou violents, aimant l'alcool, les femmes et se battre, femmes résignées ou combattantes de l'ombre, tous sont extrêmement bien dits.

    Ce long roman qui est le premier tome d'une trilogie est une excellente découverte, un grand moment de lecture et il mérite d'être connu et les éloges de Jorge Amado dans la préface sont pleinement justifiés.

    J'espère que les deux autres tomes sont du même acabit !

    smilesmilesmilesmile 

    Challenge globe-trotteurs : Brésil

    Pavévasion 

    Le temps et le vent  Erico Verissimo

    Pin It

    1 commentaire
  • Taj T.N. Murari

    Ce roman retrace l'histoire du Taj Mahal, ce magnifique bâtiment d'Inde mondialement connu. 

    Cette construction, qui est un mausolée, doit son existence à une histoire d'amour extraordinaire entre Shah Jahan et Arjumand. Leur mariage d'abord contrarié , finira par aboutir et leur amour, tel qu'il est décrit dans ce roman dura jusqu'à la fin des jours d'Armujand. C'est pour elle que le grand chef des Moghols, fit construire ce somptueux tombeau dans lequel, lui même sera inhumé.

    Il y a leur amour et la vie en Inde au XVII e siècle. Le pouvoir et sa transmission sont l'enjeu de calculs, de guerres et de meurtres qui n'ont rien à envier aux séries actuelles. Les religions sont en embuscade , toujours prêtes à rallumer un feu qui s'éteint, à écraser l'autre de son intransigeance. 

    Les plus humbles, ceux qui vont travailler à la construction du Taj, ne sont pas mieux lotis. Leur vie difficile est toujours à portée de destruction d'un puissant.

    L'ensemble donne un roman agréable. smilesmile

    Challenge globe trotteurs : Inde 

    Pin It

    votre commentaire
  • Samarcande Amin Maalouf

     

    Déçue par ce roman!

    La construction narrative est pesante et coupe l'élan de lecture, du coup, c'est comme une voiture récalcitrante, ça démarre, ça tousse, ça s'arrête, on redémarre doucement, rythme de croisière et hop re-panne.

    La  première partie apporte les couleurs et les mystères de l'Orient mais ne suffit pas emporter le tout.

    Je me suis forcée à le finir et trop ennuyée pour l'apprécier.

     

    Challenge Globe trotteurs : Liban

    Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires