• Le fils  Jo Nesbo

     

    Dans une prison d'Oslo, Sonny Lofthus coule des jours tranquilles. Héroïnomane, il obtient ses doses sans difficulté , en échange il doit endosser les meurtres d'autres personnes. Dans la prison, il a une aura particulière qui fait qu'il est considéré un peu comme un prêtre. Les prisonniers viennent  chercher leur absolution en racontant à Sonny les crimes qu'ils ont commis. L'un de ces prisonniers vient  lui dire comment il a été mêlé au meurtre du père de Sonny. Pour Sonny, son père, policier s'est suicidé ne pouvant assumer d'être une taupe dans la police. La révélation qui lui est faite , chamboule complètement la donne et sort le jeune homme des brumes de la drogue. Organisant son évasion il se lance dans un vaste projet de vengeance.

    Si le thème de la vengeance n'a rien d'original dans le polar, il a ici l'avantage d'être très bien mené. Sonny mène son combat en solitaire sans que l'on connaisse ses plans ni ses émotions. En parallèle , on suit Kefas , flic qui a travaillé avec le père de Sonny et perçoit vite ce qui relie les différents crimes qui jalonnent Oslo. Les deux sont à un moment charnière de leur vie, la croisée des chemins, quelle direction prendre, entre celui qui s'éteint et celui qui s'éveille un lien lointain et puissant les relie.

    Un bon gros polar qui se lit sans difficulté et avec plaisir , une réussite de plus pour l'auteur, même si Harry Hole n'est pas de la partie.

    smilesmilesmile

     

    Le fils  Jo Nesbo

     

     

    Décembre nordique  ici

    Challenge mauvais genre  ici

    Challenge multi-défi item  69. Un roman de mon auteur préféré  ici

    Pin It

    3 commentaires
  • En route pour les pays nordiques et leurs auteurs, les grandes villes et les zones quasiment vides où la nature est reine, leurs célèbres polars, les romans moins connus, bref le dépaysement du grand nord yes

    Le groupe ici sur FB 

    Décembre nordique

    Pin It

    votre commentaire
  • La neige noire Paul Lynch

    Lente descente en enfer pour Barnabas Kane qui est revenu d'Amérique dans le Donegal, son pays natal.

    Installé avec femme et fils, Barnabas emploie un homme à tout faire Matthew Peoples, la ferme tourne bien jusqu'à ce qu'un incendie ravage l'étable. En plus des bêtes qui sont mortes, Matthew y a aussi, laissé la vie. A partir de là tout va aller de mal en pis pour la famille de Barnabas. Non seulement il est ruiné car il n'a pas payé l'assurance mais en plus il est rejeté par une bonne partie de ses voisins. C'est un faux-pays, un de ceux qui a quitté l'Irlande, un traitre en gros ! Ah! Les gens qui sont nés quelque part, où que ce soit on retrouve cette intransigeance à accepter l'autre.

    Les difficultés font éclater le couple, qui arrive de moins en moins à se réconcilier, et les moments d'abattements et de dépression du père et de la mère finissent par atteindre violemment leur fils Billy, qui sait lui pourquoi et comment l'incendie a été déclenché.

    C'est un roman magnifique d'une tristesse et d'une noirceur assez épouvantable mais qui se lit d'une traite et qui nous ouvre les portes d'une Irlande rurale, âpre, austère et inhospitalière mais une Irlande aux paysages magnifiés par la rudesse  de la vie. smilesmilesmile

    challenge globe trotteurs ici

    Pin It

    votre commentaire
  •  La disparue de Noel   Rachel Abbot

     

    Un soir de Noël, en rentrant chez elle, une mère meurt dans un accident de la route, sa fillette disparaît. 

    Des années plus tard, le père de l'enfant s'est remarié et vient d'avoir un bébé avec sa nouvelle femme Emma. Jolie maison, bébé neuf, femme douce, la vie semble prendre soin du veuf quand surgit, de nulle part, l'enfant disparue! Une enfant qui a grandi, changé et qui va perturber le bel équilibre familial...

    Tom Douglas, inspecteur de police essaie de trier les affaires de son frère décédé, hacker génial mais pas toujours du bon côté de la loi. La découverte du corps d'une jeune fille retrouvé sur un terrain vague va le recentrer sur le présent , bien que....

    Une belle enquête, la découverte pour moi de ce Tom Douglas, beau personnage de flic de facture classique, les pages coulent les unes derrière les autres sans difficulté. J'ai eu un peu peur d'une construction avec rajouts de péripéties pour meubler mais non, tout ce tient et les différents éléments s'enchassent de manière cohérente. 

    smilesmile

     

    Challenge mauvais genre  ici

    Challenge globe trotteurs  ici 

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Jules

     

     

    Une aveugle qui retrouve la vue, c'est pour son chien guide la fin du monde! C'est ce qui arrive à Jules, chien d'aveugle qui ne sait plus à quel saint se vouer quand sa maitresse n'a plus besoin de lui. Afin de servir encore à quelque chose, il entreprend de réunir Alice et Zibal, un charmant scientifique sensible aux charmes de celle-ci.

    Un auteur qui m'était inconnu, ne l'est plus mais qui n'apparaitra pas dans ma liste d'auteurs à relire. C'est facile à lire, charmant mais c'est aussi improbable, un cumul de malheurs , assez proche de la romance et gentiment mais sûrement oubliable.smile

    Babelio challenge multi-défi :17. Un livre traitant essentiellement d'un des cinq sens (toucher, goût, odorat, ouïe, vue)

    Pin It

    votre commentaire
  • Le village de l'allemand  Boualem Sansal

     

    Drôle de roman, drôles de thèmes et pourtant en équilibre sur un fil ce livre tient le coup et vaut sa lecture.

    Il faut bien l'imagination d'un écrivain pour inventer des personnages mi Allemand mi Algérien, vivant en France et dont le père est un soldat nazi ayant participé à l'extermination des juifs ! 

    Voilà, le décor est planté, cela aurait pu être une catastrophe totale, trop de clichés, trop de pas possible mais non, ça tient la route et c'est même intéressant. 

    Deux frères, exilés en France, dont les chemins sont bien différents. Celui qui réussit et "s'intègre" et celui qui tient les murs dans la cité, ces deux frères vont découvrir, à quelques années d'écart, la passé de leur père. Pour l'un c'est la culpabilité, être le fils de devient impossible, pour l'autre c'est le combat inversé, à savoir lutter contre l'islamisme. Un Islam intolérant et vengeur comparé au nazisme, il fallait oser et l'écrire. L'auteur le fait, sans complaisance, il revient aussi, sur l'Algérie des années 90, gangrénée par les attentats et un pouvoir corrompu jusqu'à la moelle.

    Il manque sans doute une dimension, une pointe de je ne sais quoi dans la construction de ce récit pour que ce soit un grand roman, néanmoins, c'est un texte qui a ses charmes celui de ses personnages, celui d'une Algérie tendre et d'une cité ou cahin-caha  chacun se débrouille.

    challenge globe trotteur ici

    Pin It

    votre commentaire
  • Kabichiko  Dominique Sylvain

    Dans Tokyo, le quartier de Kabukicho est dédié au jeu et au sexe. Dans le club Gaïa, les hotesses prennent soin des clients sans devoir coucher avec eux. Marie et Kate, deux européennes, partagent le m^me appartement et le même travail au club. Le père de Kate reçoit une photo inquiétante de celle-ci , alors qu'elle ne répond plus au téléphone. Kate a disparu, la police japonaise, sous la forme d'un tandem, jeune arrogant/vieux fatigué, prend l'affaire au sérieux .Pris de vitesse par les évènements, et par certains préjugés, ils ne pourront empêcher une série de meurtres tous reliés au club Gaïa.

    Le roman est bien mené, ça monte doucement mais sûrement. Le quartier chaud, les yakusas violents, les hôtes et hôtesses adulés comme des stars, tout est dépaysant, un peu inquiétant et la petite araignée qui trotte dans un cerveau en folie tisse sa toile meurtrière... smilesmilesmile

    challenge mauvais genre ici

    Pin It

    votre commentaire
  • Juste après la vague  Sandrine  Colette

     

    De cette auteure j'ai lu "Des noeuds d'acier" et" Six fourmis blanches" que j'ai apprécié, particulièrement le premier, très glauque... Avec ce titre on passe à une autre forme de thriller, un genre de thriller de la fin du monde.

    Suite à une catastrophe naturelle, la mer a englouti des terres . Une famille, la mère, le père et leurs neuf enfants se retrouvent isolés, comme sur une île au milieu de l'eau. Comme la mer continue de monter et que les provisions diminuent, les parents décident de partir sur leur barque pour tenter de rejoindre les terres hautes, où ils espèrent trouver de l'aide. La barque ne permet pas d'emmener tous les enfants, il faut donc décider lesquels laisser. En catimini, la famille part laissant trois enfants sur leur maison-île, avec l'idée de revenir les chercher après.

    Dans un premier temps on suit les trois enfants restés, qui en plus de devoir se débrouiller, doivent aussi faire avec cette question lancinante, pourquoi eux...Ensuite l'auteure nous emmène suivre la traversée du reste de la famille, qui n'est pas un long chemin tranquille.Du côté des parents il faut assumer une décision difficile et des épreuves qui changent le regard que l'on porte sur la vie sur la vie.

    Pas entièrement séduite par cette lecture, on oscille entre catastrophe écologique, amour maternel glorifié, un peu de fantastique. Il manque pour ma part, la partie thriller, le truc qui fait que  la peur palpite quand on tourne les pages . Une lecture qui manque de vigueur.smilesmile

    Challenge mauvais genre ici

    Pin It

    votre commentaire
  • Bou! la la! 

     Que de tristesse, que de solitude, que de noirceur dans ce roman ! 

    La narration est faite par le personnage principal Johnsey.  Johnsey est pour le moins simplet, plus ou moins demeuré ,du coup,  sa façon de raconter sa vie, mois après mois, a un côté naïf qui donne un  faux air de fraicheur à des situations plus pourries les unes que les autres. Après avoir perdu son père, Johnsey perd aussi sa mère dans l'année qui suit. Comble de malchance, il se retrouve à la tête d'une potentielle  petite fortune , ses terres agricoles ayant été requalifiées en terres constructibles. Ses terres attirent les convoitises et tous sont prêts à rouler Johnsey dans la farine. Manque de chance, Johnsey, tout débilou qu'il soit, perçoit quand même une partie du manège qui se trame autour de lui et il va s'avérer plus difficile que prévu de la manipuler.

    Pauvre Johnsey, tellement sensible, tellement naïf et honnête, enfermé dans  son immense solitude, qui se fait tabasser régulièrement par une bande de types minables sans que personne n'intervienne, qui vivra ses plus beaux jours à l'hôpital après avoir été fracassé trop fort,  qui sait bien ce qu'il est et ce que les autres pensent de lui , qui est tellement conscient du désastre qu'est sa vie que le suicide flirte avec lui.

    Un roman émouvant avec ce très beau personnage et une vision de l'humain cruellement réaliste .smilesmilesmile

    Pin It

    2 commentaires
  • La fille de l'archer  Serge Brussolo

     

    Sous la férule de Bézelios, une troupe de pauvres hères présente des numéros de monstres. Parmi eux, Wallah et son père, archer et homme du nord, une mère et ses filles qui arrondissent les finances de la troupe en vendant leurs charmes et d'autres paumés qui suivent Bézelios plutôt que de finir seul et mendiant. Le père de Wallah meurt  et elle se retrouve sans secours face à un Bézelios prêt à lui apprendre rapidement le métier de ribaude. Après une représentation désastreuse chez un seigneur, ils doivent se cacher et fuir sa colère. Wallah, qui a obtenu des pouvoirs magiques auprès d'une femme un peu sorcière, passe en accord avec le seigneur qui les laisse filer. Parti sur les routes , la troupe se retrouve dans un endroit ensorcelé et il faudra toute l'habileté et l'intelligence de Wallah pour qu'une fois encore la troupe reparte sur les routes.

    Un peu d'histoire, un peu de fantastique, un personnage particulier, un peu de mystère , donne à ce roman l'alchimie nécessaire pour tourner les pages sans difficulté. Ce n'est sans doute pas une grande oeuvre mais je l'ai lu avec plaisir et j'ai bien envie de lire la suite.smilesmile

    challenge mauvais genre  ici

    Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires