• La lune s'enfuit  Rax Rinnekangas

    Ca commence gentiment, les souvenirs d'enfance de trois cousins qui se retrouvent chaque été à la campagne et puis...

    Et puis ça glisse vers des souvenirs glauques et d'autant plus effrayants que vécus dans la presque innocence de l'enfance. 

    A fleur de peau des émotions du narrateur, ce petit tour du côté de la fin de l'enfance est très réussi.

    Un roman à l'ambiance lourde où se mêlent religion,secret de famille, parole rare, un roman déroutant et une belle découverte.

    Challenge globe-trotteurs : Finlande

    smilesmile

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Retour à l'attentat de Charlie Hebdo, après Le lambeau de Philippe Lançon, le témoignage de Riss.

    Je dirais qu'il y a trois axes dans ce livre. Le premier concerne les morts, Riss offre de beaux portraits d'une partie d'entre eux. Le second parle plus de son rapport à la mort avant/après et des séquelles de l'attentat dans sa vie. Le troisième dévoile les difficultés qu'il y a eu à remettre Charlie en route.

    Riss reste très pudique et ne s'étale pas sur la vie privée des uns ou sur ses difficultés, quelques touches permettent de se faire une idée . Il est par contre ,très virulent sur un ensemble de personnes qui ont, de son point de vue , joué à un mauvais jeu après l'attentat. Je me souviens vaguement de quelques prises de positions, de choses entendues mais je n'avais pas imaginé une guerre à couteaux tirés après un tel évènement, comme si le pire rendait l'être humain bon....

    S'y ajoute un petit historique de Charlie et ce qu'est le dessin de presse,ses enjeux, ses qualités.

    A lire pour se souvenir et essayer de comprendre. smilesmile

    La lettre de Charb  et ces deux témoignages, ravivent mon attachement à la laïcité, pleine et entière et sans concession.

    Pin It

    2 commentaires
  • Dans les forêts de Sibérie  Sylvain Tesson

     

    Sylvain Tesson est parti s'installer pendant quelques mois d'hiver dans une cabane au bord du lac Baïkal. Ce livre est une sorte de journal de bord entre réflexions, descripitions de la nautre et intendance.

    Il y a de très belles "photos" des paysages, quelques réflexions judicieuses et l'ensemble est agréable à lire.

    Je reste en attente de plus de puissance dans les idées.Ce qui fait qu'un jour on se met en retrait de la société et qu'on s'impose cette épreuve appartient à chacun et  le pourquoi ici est survolé de même que les effets. On reste sur la crête. Il me semble -mais il y a longtemps que je l'ai lu- que Monod était plus riche.

    Je ne sais pas exactement pourquoi mais il y a quelque chose qui m'agace chez cet auteur, c'est un peu trop et pas assez, il y a une entre-deux dans les deux livres lus qui ne me séduit pas. J'en lirai à l'occasion mais je ne ferai pas partie du fan-club.

    smilesmile

    Pin It

    2 commentaires
  • La jolie Madame Sedeiman  

    C'est un livre bien troublant que celui-ci où la jolie Madame Seidenman est le point central d'une toile d'araignée. Tout autour on trouvera un beau panel de personnages essentiellement masculins, qui se débattent entre leur conscience et la guerre. 

    Cette guerre  met à mal Pologne et Polonais, parce que c'est une guerre mais aussi parce qu'elle oblige à penser la Pologne comme pays, à penser les Juifs et le rapport au catholicisme. Elle ouvre aussi la porte sur un avenir sombre ou un totalitarisme en remplacera un autre.

    Il y a une très grande tristesse dans ce roman comme un brouillard épais qui colle aux personnages et une certaine colère face à l'inéluctable destin des hommes et du pays.

    Si la forme m'a étonnée au début j'ai très vite adhéré à ce roman, les allers et retours entre passé, présent et avenir  donnent une vision élargie de la Pologne et chaque personnage ajoute une touche dans ce tableau.

    smilesmilesmile

    Challenge globe trotteurs : Pologne

    Pin It

    votre commentaire
  • Le jardinier d'Otchakov Andreï Kourkov

    Igor, le héros du roman, grâce à un homme venu offrir ses services de jardinier à sa mère, va découvrir le régime soviétique. en effet grâce à un uniforme"magique" de milicien il peut se transporter dans le temps et vivre en 1957. Allers-retours qui nous projettent sur deux époques, liant les deux par le biais du jardinier.

    Le livre est léger, l'idée initiale n'est pas mauvaise mais l'ensemble ne casse pas trois pattes à un canard, ça manque vraiment de consistance et c'est une lecture qui sera vite oubliée. smile 

    Challenge Globe-trotteurs 2: Ukraine 

    Pin It

    votre commentaire
  • Un autre tambour

     

    Le Sud des USA, une vague ville et des noirs qui font des choses étranges ...

    Le premier , sème du sel sur sa terre, tue ses animaux, brûle sa ferme et s'en va . Bientôt toute la population noire part, laissant les blancs perplexes entre eux. 

    Action étonnante qui va être éclairée par différents protagonistes, qui racontent chacun une partie des évènements survenus avant. Cette mosaïque prend forme peu à peu et nous dévoile les raisons d'un tel bouleversement.

    C'est un beau roman, qui agrippe son lecteur et le promène d'anecdote en vérité vers un raisonnement de bien plus profond qu'on n'aurait pu  le croire au départ.

    smilesmilesmile

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Sur les chemins noirs  Sylvain Tesson

     

    De la frontière italienne au Cotentin, jolie balade à travers la France sur les chemins de traverse, c'est à ce voyage que nous convie l'auteur.

    Pour les amateurs de récits de voyages et tout particulièrement les marcheurs, on a un livre type : des paysages, des réflexions géo-politico-sociales et quelques remarques empreintes de sagesse. Rien de péjoratif, le récit de marche est un genre et celui-ci en a toutes les caractéristiques, bien écrit, il se lit avec plaisir et nous livre une belle image de la France. 

    Le petit plus ? Une envie de renfiler les chaussures de marche et de sortir le sac à dos !

    smilesmile

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • La vallée des ombres  Xavier-Marie Bonnot

     

    Ancien légionnaire, médaillé, René Vasseur revient dans le village de son enfance, près de Grenoble, pour accompagner son père mourant.

    Retour vers le passé, les zones d'ombre, les secrets familiaux et ceux du village...

    René est bien parti pour effacer mais rien n'est réglé, de surcroit ses troubles de la mémoire lui laisse des pans entiers d'incertitudes.Il y a la chaleur de revoir son meilleur ami et son ancien amour et la souffrance du décès de son frère et de sa mère. Peu à peu, avec l'aide de son père, une partie du puzzle va prendre forme...

     C'est sombre et triste, les lueurs d'espoir sont rares mais cette ambiance glauque et poisseuse donne tout le charme de ce récit.On a un beau retour sur les années 1980 , les fermetures d'usines, le chômage de masse et les luttes syndicales. La référence à la seconde guerre mondiale me parait un peu plus tiré par les cheveux néanmoins elle trouve sa place dans l'histoire.

    Un roman noir, planté dans un terroir, avec de beaux personnages.smilesmile

    Pin It

    votre commentaire
  • Le fouet vivant   Milo Urban

    14/18, le village de Rastoky en Slovaquie, son notaire, son maire, ses curés, son traître, ses habitants, ses champs, ses vaches, sa montagne ....

    Ce roman ne parle pas à vraiment parler de la guerre, il y a bien quelques passages mais l'essentiel du récit c'est la vie du village et de ses habitants. La guerre, la patrie sont vides de sens pour ces habitants, ce qui compte, ce sont les récoltes, le temps, les naissances, la "vraie"vie. L'irruption chez ces ruraux de la guerre se fait peu à peu, ils en entendent parler, puis on leur prend leurs récoltes, puis on leur prend leurs fils, puis on leur prend leur vaches et on laissent ceux qui survivent pleurer sur leurs champs infertiles.

    Il y a de tout dans ce petit monde, les bons, les méchants, les méchants pas vraiment méchants, des femmes, des hommes, des calmes, des fourbes, des colériques, un village où l'on vivait ensemble jusque là.

    Le grand intérêt de ce texte c'est de nous montrer comment la colère, la peur, la vengeance, la révolte vont peu à peu s'emparer de ces gens simples face aux injustices qu'ils subissent.

    C'est un petit bijou ce roman! Je m'attendais, vu le sujet et le lieu à une lecture un peu terne et ce n'est absolument pas le cas. Il y a même un côté épique dans la vie de Rastoky et un bel éclairage sur la tyrannie de la guerre. 

    Bref une belle découverte.

    Challenge globe trotteurs : Slovaquie 

    Pin It

    votre commentaire
  • Le dernier grenadier du monde  Bakhtiar Ali

     

    Un prisonnier,quelque part, sort de prison au bout de vingt et un ans de face à face avec le désert. Sa libération est douloureuse, il ne sait plus vivre libre. Pourtant il part en quête de son fils et traverse son pays qui lui est devenu étranger . 

    Si je dis ça , je ne dis rien de ce roman, qui a une couleur toute particulière, conte, mille et une nuit, magie, sagesse, parabole, poésie , tous ces éléments et d'autres en font un texte très particulier et déroutant.

    La construction comme l'expression font faire des tours et des détours au lecteur, nous amenant sans en avoir l'air à saisir une image de ce pays morcelé et abimé. 

    La lecture n'est pas facile, elle demande du temps et d'accepter d'être désorientée mais l'écriture est belle et envoutante.

    smilesmile

    Challenge globe trotteurs : Irak  

    Pin It

    votre commentaire