• Diaboliques  Cédric Meletta

     

    Enfin des femmes imparfaites, enfin des femmes avec de désirs, enfin des femmes mauvaises ! Tels étaient mes attendus en choisissant ce livre...et bien raté !

    Certes, ces femmes ne sont pas bien sous tous rapports, cet engagement là est tenu mais quel dommage d'en faire un récit aussi monotone, tristounet et pour tout dire ennuyeux! Moi, qui me régalais à l'avance de ce qui peut être réjouissant dans le "mauvais", ici tout est fade et insipide.

    Je n'ai d'ailleurs pas terminé cette lecture. Grosse déception ! 

    Pin It

    votre commentaire
  • L'ainé des orphelins  Tierno Monénembo

     

    D'un roman sur le Rwanda, je ne m'attendais pas à un texte léger et pourtant, l'auteur nous embrouille autour de son personnage Faustin Nsenghimana  qu'il nous présente comme un gamin débrouillard et rigolard une sorte de titi du Rwanda.

    Faustin on le découvre après les massacres dont on parle assez peu au départ, gamin des rues, voleur, buveur, trousseur de filles, comme tant d'autres il se débrouille. La vie est plus que rude , il ne reste pas grand chose matériellement ou moralement, la confiance est une donnée rare. Il aurait pu saisir la chance de l'orphelinat, ou celle d'avoir un avocat mais il ne le fera pas, le pouvait-il...

    On suit donc ses déboires et ses amitiés fugaces dans une ville où tout se vend. A l'entendre on pourrait presque croire à une vie légère et drôle, pleine d'aventures jusqu'au jour où dans un sursaut d'enfant il va devenir assassin.

    Et puis le ton change peu à peu, l'oppression des massacres monte pour terminer dans un dernier chapitre où l'on comprend pourquoi Faustin, petit garçon de dix ans est devenu cet ado, revenu de tout et plus usé et abimé qu'un vieillard à l'aube de sa mort. 

    Ce roman ne verse pas dans le larmoyant ou le sanguinaire pour autant il sonne juste et touche sa cible. 

    smilesmile

    Challenge globe trotteurs : Rwanda

     

    Pin It

    2 commentaires
  • Je m'attendais à un roman policier dans le grand nord du Canada...pas du tout !

    On est bien dans le grand nord, là où il fait "frette", on y suit un médecin qui doit passer régulièrement dans le village de Grand Soleil pour fournir des soins aux habitants. C'est dans ce village que le médecin va faire deux découvertes, un livre ancien très rare et un homme étrange. Le livre s'avérera être une bible ayant parcouru un long voyage à travers le temps et l'espace pour arriver à Grand Soleil et l'homme, un néandertalien. 

    A partir de là, notre société avide de spectacle et de spectaculaire se met en branle et notre médecin nous livre ses réflexions philisophico-sociétales qui font souvent mouche !

    C'est drôle, caustique, ça gratouille un peu et mine de rien on en arrive à se poser quelques questions sur ce qui fait l'humanité. Ca reste un livre léger, au rythme rapide qui offre une lecture pas inoubliable mais loin d'être inintéressante.smilesmile 

    Challenge globe-trotteurs : Canada 

    Pin It

    votre commentaire
  • Par delà la pluie

     

     Je ne suis pas certaine qu'on puisse bien l'apprécier avant quarante ans; mais, pour moi qui ai beaucoup plus, c'est un roman qui a fait mouche.

    C'est une lecture émouvante, sensible,  intelligente, au ton juste sur la vieillesse, les souvenirs, les nôtres et ceux de l'histoire, l'amour, le sens ou le non-sens de la vie , ce que nous choisissons, ce que nous croyons choisir ... 

    Les deux personnages principaux sont ciselés comme des diamants, leurs différentes facettes se dévoilant au fur et à mesure d'un récit à la construction parfaitement maitrisée. De l'Afrique du Nord à l'Espagne en passant par l'Angleterre et la Suède, on suit nos deux héros qui tentent de guérir leurs cicatrices qui n'en finissent pas de suinter et  de donner sens et vie à leurs derniers jours.

    Avec une construction réussie des changements de narrateurs et de périodes,  avec une très belle écriture sans excès de pathos mais qui laisse la part belle aux émotions ce roman est un bijou! 

    Par delà la pluie   Victor Del Arbol

     

    Challenge globe trotteurs : Espagne 

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Les fleurs du repentir

     

    Une histoire de famille sur trois générations, qui s'appuie surtout sur les personnages féminins et qui nous parle de l'Australie, de l'Outback particulièrement ainsi que de la seconde guerre mondiale qui a aussi touché ce pays.

    Histoires d'amour, histoire d'un pays, vie dans un ranch où la sècheresse sévit, l'ensemble se lit assez bien, mais dans ce genre ce n'est pas le meilleur roman que j'ai lu. Le récit fait, en grande partie, sous forme de "confession" créé un faux suspens qui m'a lassée, comme répéter jusqu'à plus soif, que les femmes de l'Outback sont des femmes fortes....Elles ont ,comme bien des  femmes en temps de guerre, géré et fait ce qui devait être fait. Il y avait pourtant assez de péripéties, plausibles, pour en faire un de ces livres que l'on ne lâche pas. 

    Une remarque aussi sur le sort des Aborigènes, qui semblent bien traités et respectés dans le roman, comme si tout allait bien, ce qui va quand même à l'encontre de l'histoire de ce peuple, un peu plus de réalisme n'aurait pas nuit au récit.

    Un peu déçue par ce roman que je voyais comme une bonne lecture d'été mais qui se révèle un peu "gnan-gnan" et creux.smile

    Challenge globe trotteurs : Australie 

     

     

     

    Challenge globe trotteurs : Australie 

    Pin It

    votre commentaire
  • C'est reparti pour un de mes défis favoris : le challenge Pavé de l'été .

    C'est simple lire des livres de plus de 600 pages 

    Tout est expliqué ici : Sur mes brizées  lien

    L'été c'est un bon moment pour sortir de ses formats habituels, alors bonnes lectures !

    pavé de l'été

    Pin It

    2 commentaires
  • Dites-leur que je suis un homme  Ernest J.Gaines

    Le Sud, la Louisiane, les blancs, les noirs , les dés sont jetés bien avant la naissance et c'est dans ce cadre que le jeune Jefferson se retrouve condamné à mort. Cela, aurait pu être acceptable pour la femme qui s'est toujours occupée de lui, sa marraine,le destin est accepté, le paradis est pour plus tard, mais son avocat pour le défendre  et minimiser  l'accusation l'a comparé à un porc et de cela sa marraine ne veut pas. Elle charge donc Grant Wiggins, l'instituteur pour les enfants noirs de la plantation, de redonner à Jefferson sa condition d'homme.

    Peu réjoui, Wiggins va s'atteler à la tâche à reculons et c'est sans illusion ni envie qu'il commence ses visites au prisonnier. 

    Un texte bouleversant, où la plainte n'a pas sa place et où pourtant toute la souffrance humaine est là. L'humiliation, la place de Dieu, le courage, partir, être assigné à, l'amour , le savoir, la misère, la fierté, le tableau tissé à petits points révèle un sud qu'il faut découvrir.

    Une lecture dérangeante et qui remue les tripes, un texte splendide!

    Dites-leur que je suis un homme  Ernest J.Gaines

    challenge globe trotteurs : USA

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Harper  Matthieu Biasoto

     

    Alors que Détroit se meurt dans une crise industrielle et économique, un homme Harper est touché de plein fouet par la crise. Sans emploi, il voit ses économies s'envoler , grâce à un banquier peu regardant sur les placements de ses clients. Harper est un faible, mou, sans grande ambition, il subit ... Et puis quelque chose va le faire basculer, la vengeance va animer sa vie et pour parvenir à ses fins Harper va mettre les moyens .

    Une histoire de vengeance, où le looser se rebiffe et devient un dur de dur...

    Le récit alterne les chapitres racontant avant et maintenant, on découvre et on comprend peu à peu l'itinéraire de cet homme, assez émouvant et les enjeux de sa guerre.  

    Un bon thriller. smilesmile

    challenge mauvais genre 

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Haut-Royaume  Le chevalier  Pierre Pevel

     

    Alors que Lorn Askarian, ami des princes et du roi, chevalier valeureux, était promis au plus bel avenir, on le retrouve enfermé dans une prison infernale, Dalroth, où règne "l'obscure". Trois ans !Voilà trois ans que Lorn survit dans ce lieu, quand le roi décide de le libérer et de le reconnaître innocent. 

    Le roi , qui perd plus ou moins la tête, vit reclus dans une tour et n'arrive plus à gouverner son royaume et à repousser les manigances de son épouse. Sans que personne ne sache pourquoi, il blanchit Lorn et lui donne même un titre et une fonction Premier Chevalier de la Garde d'Onyx. Il est le représentant du roi, même plus, le roi lui-même et a tout pouvoir pour servir le Haut-Royaume. Sur fond de conspirations, de pouvoirs maléfiques, de dragons, de combats, on suit Lorn sur le chemin de sa réhabilitation. 

    Le personnage de Lorn est particulièrement réussi, beaucoup plus nuancé que ne le laisse croire les premières pages . Les intrigues et les enjeux de pouvoirs sont bien menés et les combats animent le tout sans que les séances de guerre ou bagarre ne s'éternisent. Trois pages avant la fin une surprise attend le lecteur qui s'est attaché au ténébreux Lorn et la fin ....Argh!!!!!  Alors qu'on suivait son petit bonhomme de chemin au long des 500 pages du livre, l'auteur nous plante deux banderilles dans les dernières pages ! Comment donner envie de lire le tome suivant ...

    Dans un genre qui n'est pas mon favori, une bonne lecture .smilesmilesmile

    challenge mauvais genre

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Un long long chemin  Sebastian Barry

     

    Un jeune homme irlandais, comme tant d'autres, s'engage dans la guerre de  14/18 . Quand je dis un jeune homme, c'est plus un grand enfant qui ne connait rien à la vie, rien à l'amour, rien à la politique et ne connait pas le monde. Un jeune homme pas très dégourdi, pas très instruit tellement innocent, qui va se trouver au coeur des monstruosités de cette guerre.

    Le décalage entre la "virginité" de ce jeune héros et les violences participe à l'ampleur de ce récit. S' y ajoute les descriptions des tranchées, des morts, du gaz moutarde et toutes les tensions entre Irlandais et Anglais. Le mépris des chefs pour ces incultes paysans irlandais est manifeste, même si de temps à autre on perçoit une "fraternité" des tranchées qui dépasse ces clivages. En Irlande même, la guerre est l'occasion de se positionner politiquement pour obtenir un pays indépendant , quitte à faire de mauvaises alliances( les ennemis de mon ennemi sont mes amis....).

    Un livre de plus sur 14/18 sans doute, peut-être pas mieux que d'autres mais dans lequel j'ai perçu cette notion de classe d'âge décimée et le choc entre la "fraicheur" des recrues et la monstruosité de cette guerre, sans oublier l'attaque de gaz moutarde qui était resté pour moi une donnée et qui ic,i m'a permis de mesurer l'épouvante qu'ont du ressentir ces pauvres gamins perdus sur des terres hostiles dans un massacre incompréhensible.

    smilesmilesmile

    Pin It

    votre commentaire