• L'énigme de Saint-Olav  Indrek Hargla

    Voici un polar historique dépaysant qui nous emmène dans la ville de Tallinn au moyen-âge.

    Dans cette ville en pleine expansion, où les ligues des uns et des autres et la religion tiennent le pouvoir , le meurtre d'un commandeur de l'ordre teutonique  déclenche une grande inquiétude dans la ville. Quand ce meurtre est suivi de plusieurs autres , tous s'interrogent sur le criminel. Le bailli, épaulé de l'apothicaire Melchior,se mettent à enquêter. Loin des techniques du XXIe siècle, sans courses poursuites, un peu à la Sherlock Holmes, l'apothicaire croise les indices pour résoudre l'énigme.

    Une enquête lente, qui permet de traverser la ville, les us et coutumes de l'époque et c'est un petit régal de se glisser dans ce monde.smilesmilesmile

     

    Challenge mauvais genre 

    Challenge globe-trotteurs  Estonie

    Pin It

    votre commentaire
  • Le village en cendres Shen Fuyu

    Ce roman est un vrai plaisir . On se laisse voguer sur l'écriture de l'auteur qui nous raconte l'histoire de la Chine sur moins d'un siècle au travers des habitants d'un village.

    Chaque chapitre s'offre comme un petit conte, où chacun trouvera sa morale et les valeurs sous jacentes au texte. On découvre ainsi les habitants du villages de famille en famille et de générations en générations et l'on voit les liens se tisser entre tout ce monde.

    On n'est pas non plus dans la contemplation béate du passé, l'histoire-rude- de la Chine populaire traverse le village et intervient dans la vie de ces villageois. Rien n'est raconté de manière sanglante car ce n'est pas le ton de ce roman mais c'est là, présent, entre une feuille de ginkgo et un bol de riz...

    Un texte très agréable qui m'a bercé tout en m'ouvrant à une Chine rurale et à ses valeurs culturelles. smilesmilesmile  

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Apocryphe   René Manzor

     

    Et si Jésus avait eu un fils, et s'il n'était pas mort... et si... 

    Ce roman nous amène à revisiter les débuts de ce qui n'était pas le christianisme. Un voyage dans le temps fort bien mené, des personnages dont le nom a déjà été entendu prennent chair sous la plume de l'auteur et quelques soient les miracles et arrangements qu'il nous propose on se laisse happer par ce thriller. smilesmile

     

    Challenge mauvais genre 

    Multi-défis babelio item 17 - Un livre abordant les thèmes de la religion, de la spiritualité, du mysticisme ou de l'ésotérisme

    Pin It

    votre commentaire
  • Otobre

     

    Pas toujours évident de tenir 600 pages pour un roman policier...ici c'est  réussi : l'enquête et ses rebondissements tiennent dans la longueur , les personnages sont bien campés et l'auteur tient son lecteur  jusqu'au bout .

    Danemark, en octobre, on retrouve un cadavre de femme à qui il manque une main. Un duo de flics se met en place, l'une veut quitter l'équipe pour un service plus prestigieux, l'autre a échoué là après avoir été viré d'Europol. Pas vraiment une équipe de choc , pourtant ils vont devoir travailler à fond sur cette enquête qui va accumuler d'autres cadavres et renvoyer à la disparition d'une fillette un an avant et finalement à des évènements ayant eu lieu bien longtemps avant.

    Le commissariat est traversé de tensions, ambitions des uns, jalousie des autres, exigences politiques qui sans être exacerbées ne facilitent pas le travail et les prises de décisions. Si l'on ajoute qu'une ministre est concernée par l'affaire , on sait que l'on marche sur des oeufs pour ne heurter personne.

    Thulin et Hess se dessinent peu à peu et sont de bons personnages de flics, pas très doués dans les relations humaines, elle un peu bravache genre je ne m'attache pas, lui un peu paumé, blessé et pas tout à fait dans les clous. Le duo prend ses marques au fur et à mesure de l'intrigue et j'espère les retrouver dans un prochain roman.

    En conclusion un excellent roman policier qui se lit sans reprendre son souffle. smilesmilesmilesmile

    Merci à Babelio et à Albin Michel pour ce très bon moment de lecture .

    Challenge mauvais genre 

    Challenge globe trotteurs : Danemark

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • La saga de Yousas  Youozas Baltouchis

    Délicieux petit voyage dans une Lituanie qui n'est pas encore vraiment la Lituanie mais un pays dont s'empare ses voisins à tour de rôle. Sur fond d'instabilité politique, avant, pendant et nous le savons après, ce joli roman nous entraine sur les pas de Yousas. 

    Yousas, abandonné par celle qu'il aime refuse de se remettre de son chagrin et décide de s'installer sur des terres isolées dans les marais . De là, il se refait une ferme, rondins de bois pour la maison, sauna, miel et ruches, récoltes, naissance des veaux, la vie de Yousas s'écoule au rythme des saisons et du travail à faire. A vivre coupé des autres , il finit pas être très isolé et à ne rien connaître de ce qui se passe en bas. Les modes, les mouvements politiques, les nouvelles lois, lui sont inconnus et font de lui une sorte de naïf qui  n'entend rien changer à son mode de vie. Pourtant les évènements, massacres et guerres amènent toujours quelqu'un de nouveau qui veut se cacher chez Yousas, dans le marais, là où on peut échapper à ses poursuivants. Yousas choisit qui il aide ou pas de façon pas toujours très évidente, sa logique est toute personnelle et il traversera les différents conflits en équilibre sur un fil sans même s'en rendre vraiment compte.

    C'est une lecture très agréable, un petit roman simple, qui donne envie de découvrir ce marais, sa faune, sa flore et sa vie secrète. Yousas est un beau personnage de paysan, obtus et replié sur lui même et le récit de  l'histoire des pays Baltes, ici plus particulièrement la Lituanie , nous montre combien il était difficile d'être du bon côté du manche quand on est envahit par les tous ses voisins . smilesmilesmile

    Challenge globe trotteurs  Lituanie

     

    Pin It

    votre commentaire
  • La Fin de l'homme rouge Svetlana Alexievitch

    Un gros pavé de 650 pages à lire si le mot URSS évoque quelque chose pour vous. C'est un recueil de témoignages, des tranches de vie d'hommes et de femmes soviétiques, qui nous livrent, grâce à l'écriture de l'auteure, une mosaïque de portraits et de vies dans la Russie soviétique et post-soviétique.

    Le froid, la misère, la guerre, le froid, les camps, la misère, la prison, une   autre sorte de camp, l'orphelinat, Lénine, Staline, le communisme, la Patrie, les Héros, les guerres, les hommes , les femmes, la vodka, les patates, l'amour et les livres, encore des livres...

    Un peuple malmené depuis toujours , qui a été transcendé par un dogme, le communisme, qui faisait de leur pays le plus grand pays de monde...

    Ils ont gagné la guerre (contre Hitler) , des valeurs communes sur ce qu'est  l'homme soviétique, des héros vénérés, des peuples amis pour faire face au reste de la planète et en 1990 un séisme, violent, destructeur pour lequel ils n'étaient pas prêts : liberté/capitalisme.

    Que devenir quand toute sa vie n'a plus de sens, que toutes les valeurs qui définissaient le bien et le mal se retrouvent renversées, retournées et finalement inversées. Comment garder le sens de sa vie ? 

    Reste la guerre, la vodka et la violence ...

    Un livre qui m'a captivé tant pour l'Histoire que les histoires des uns et des autres et qui m'éclaire sur la place et le rôle de Poutine ainsi que sur "l'esprit Russe".

    smilesmilesmilesmile

     

    Challenge globe trotteurs 

    Pin It

    1 commentaire
  • Couleur pivoine  Schünemann et Volic

     Si la Yougoslavie vous dit quelque chose, son passé, son éclatement, la guerre et la suite , alors il faut foncer sur ce livre.

    Les Balkans, ce mot mystérieux qui définit cahin-caha un ensemble de pays aux histoires imbriquées mais il ne fait pas rentrer dans les frontières, une mosaïque de groupes de population qui sont dispersés dans l'un ou l'autre ou encore l'autre de ces pays. Complexe, très complexe, ajoutez les Roms et les différents cultes et on a un "gloubiboulga" sacrément assaisonné!

    Un couple de vieux Serbes joue le retour au Kosovo. On leur a promis, maison et dignité, ils ne vont trouver ni l'un ni l'autre mais par contre la mort sera au rendez-vous puisqu'ils seront exécutés. Grand émoi dans la Serbie voisine, où le crime est très vite imputé aux Albanais ... à chaque pays son ennemi! 

    Milena Lukin s'empare de ce crime pour chercher à l'élucider à la demande de son oncle. A partir de là nous partons sur les pas de la haine entre Albanais et Serbes, l'argent de l'Europe, la corruption ( de tous)  ... Triste mais réaliste tableau de pays après les violences de la guerre , quand rien n'est vraiment réglé et que l'on pense l'autre en ennemi . A lire le roman on se dit que tout pourrait reprendre avec une petite étincelle! 

    Un roman plus politique que polar, offrant un très bon éclairage sur cette région et invitant à une découverte de Belgrade.  smilesmilesmile

    Serbes, Albanais, Roms, Bulgares, Roumains, peuvent être scolarisés ensemble en France et l'école ,l'école bonne à rien comme chacun sait,  quand elle les scolarise, fait vivre tous ces enfants ensemble, j'en suis assez fière et j'ajouterai que l'Europe avec tous ses défauts reste quand même une meilleure idée que la guerre. 

    Challenge mauvais genre 

    Challenge globe trotteurs  Serbie 

     

    Pin It

    votre commentaire
  • L'autre chambre  Diane Schmidt

     

     

    Un texte à la forme originale, qui donne la parole à deux femmes. Pas vraiment d'analyse des situations, pas de dialogues, essentiellement le ressenti des protagonistes sur un vécu difficile , voir sordide, on commence par l'une , on suit l'autre puis une troisième partie dit leur rencontre. C'est noir, ça rape , pas facile d'adhérer aux personnages vu le choix d'écriture ce qui n'empêche pas d'être "attrapé" par le texte.

    Un très court roman qui ne laisse pas indifférent.

    Un joli livre format poche, papier, mise en page, graphisme tout est fait pour en faire un bel objet mais pas ces choix "amplifient" le texte. 

    smilesmile

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • La rivière de l' oubli   Cai Jun

     

    On commence par un crime, on finit par la résolution du crime , entre les deux presque 500 pages...

    Que se passe t-il au milieu ? Difficile de raconter, on est dans notre monde, en Chine et aussi dans un monde de fantômes , la noirceur de certains personnages et la poésie qui s'invite tout au long :ce roman est un savant mélange . 

    Il faut se laisser porter par les flots et suivre les méandres de cette rivière tumultueuse qui emporte vers l'oubli, un oubli long à venir, apprécier les photos de la Chine et des Chinois que nous offre l'auteur et se bercer des vers qui rythment le récit.

    Fantastique, policier, social, poétique se roman a de multiples éclairages , peu importe c'est une lecture qui m'a enchantée, charmée par je ne sais quel effet de magie .

    smilesmilesmile 

    Challenge mauvais genre

    Challenge globe trotteurs  

    Pin It

    votre commentaire
  • Dragon rouge Thomas Harris

    Un tueur en série victime de son passé et sombrant dans la folie, un profiler meurtri qui s'abime dans la recherche du coupable, des meurtres sanglants et barbares de familles tous les ingrédients sont là pour un thriller palpitant . 

    ...Et ça a du être la cas quand ce roman est sorti, si j'ajoute en plus la présence de Hannibal Lecter, on pense frissons garantis... et pourtant ce ne fut pas le cas.

    Peut-être que le roman a vieilli , première parution en 1981 et pas très bien vieilli, mais j'ai déjà lu des romans au suspens plus insoutenable, au rythme plus tendu et aux personnages plus fouillés, pour autant ça reste un bon roman mais qui a un goût de déjà vu.

    Challenge mauvais genre 

     

    Pin It

    votre commentaire