• Les fantômes du vieux pays  NathanHill

    Samuel, prof de littérature à l'université s'ennuie sec face à ses élèves et se défoule dans le monde du jeu virtuel. Un jour, il apprend par l'avocat de celle-ci, que sa mère a agressé un homme politique en lançant des cailloux sur lui. L'avocat demande à Samuel de témoigner en faveur de sa mère. Hors Samuel a vu sa mère partir quand il avait une dizaine d'années et n'a plus jamais eu de nouvelles. Il lui est difficile de raccommoder un lien aussi distendu. Parallèlement, son éditeur, à qui il doit un livre, lui propose d'écrire un livre de témoignage sur sa mère, un livre facile, racoleur et qui montre la face noire de sa mère.

    Samuel décide d'enquêter sur le passé de cette mère. Au travers de l'histoire de sa famille et de gens ordinaires, il nous entraine avec lui des années soixante à aujourd'hui.

     Voilà un roman étonnant !

    L'auteur nous offre de beaux personnages, complexes mais non héroïques  qui se dépatouillent tant bien que mal et plutôt mal avec leur vie, leurs erreurs, leur culpabilité, leurs regrets...

    Cesser de jouer à être ce que l'on croit devoir être pour accepter d'être qui on est, est un long chemin, souvent celui de toute une vie , pour autant ce n'est pas un livre philosophique. Ce n'est pas non plus tout à fait une critique sociale et pourtant le capitalisme made in USA est sérieusement égratigné. Ce n'est pas non plus tout à fait une histoire d'amour et en même temps l'amour reste un objectif puissant dans la vie.

    Bref il n'est pas et il est, ce qui le rend riche, parfois étonnant, avec une construction façon puzzle et il se lit "tout seul" tout en amenant une pointe de réflexion.  Pour un premier roman, c'est un beau coup ! smilesmilesmile

     

    Les fantômes du vieux pays  NathanHill 704 pages   ici

    Les fantômes du vieux pays  NathanHill   ici 

       

    Babelio challenge multi-défis 77. Le coup de cœur 2017 d'un autre challenger  (Allantvers )

    Pin It

    12 commentaires
  • En septembre direction les vastes plaines, à nous les cow-boys , le sud, New-York, bref direction les USA, avec un mois entièrement consacré à la (vaste) littérature américaine.

    Sur FB ici    et le blog  ici

         Le mois américain... c'est en septembre   Le mois américain... c'est en septembre Le mois américain... c'est en septembre Le mois américain... c'est en septembre    Le mois américain... c'est en septembre

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Les cavaliers de Kessel, sont Afghans, descendants des puissants Mongols, vivants comme eux dans la vaste steppe. Ils n'ont qu'une passion le cheval et le Bouzkachi,  où le meilleur cavalier remporte argent mais surtout la gloire et  le respect dû à cette caste admirée des tchopendoz. 

    C'est autour de ce jeu, que Kessel tisse son roman pour nous offrir d'un côté des personnages imposants, grandioses et de l'autre un pays magnifique et rude.

    Ouroz grand tchopendoz , fils du très grand Toursène, a failli, il n'a pas remporté le bouzkachi royal car il s'est cassé une jambe pendant la partie. Il va décider de rentrer chez lui par le chemin le plus long accompagné de son étalon Jehol, et de son saïs Mokkhi.

    Ils vont rencontrer au long de leur route, des peuples divers qui se croisent dans des paysages excessifs. Ils trainent, chacun, leurs coutumes, leurs peurs, leurs chants, respectant un ballet bien ordonné où chacun sait qu'elle est sa place. La mosaïque de peuples qui compose ce pays offre des couleurs, des odeurs qui dansent sous nos yeux.

    C'est un pays violent  que nous décrit Kessel , avec des hommes qui le sont tout autant, la passion fait rage, la colère l'emporte, les coups pleuvent, la douleur est une compagne mais quelle force  se dégage de ces hommes ! Et je dis bien homme, ne parlons pas des femmes qui ne sont rien si ce n'est source de problèmes...

    Il faut abandonner nos valeurs et habitudes pour goûter ce texte dont l'écriture prend le temps de nous emmener et nous permet de découvrir hommes et pays que nous ne pourront plus voir. Les hommes y sont sauvages et durs comme leur terre, la sensiblerie n'est pas de mise, ils n'en sont pas moins humains , pétris de doutes et de question sur le sens de la vie. 

    Un très beau et grand roman qui nous habite encore une fois refermé.

    smilesmilesmilesmile

      

    Les cavaliers  Joseph  Kessel  ici

    Babelio challenge multi-défis 67. Un roman d'un auteur récompensé du prix Nobel de littérature

     

    Pin It

    8 commentaires
  • Cyranno de Bergerac  Edmond Rostand

     

     

    Cyrano le gascon, c'est  l'honneur, la liberté, l'épée, la langue acérée. Irrespectueux, il aurait pu être le 5e mousquetaire. Il s'inscrit dans la liste des grands personnages des romans de cape et d'épée. On connait bien son nez et son panache mais le texte nous parle de l'amour. Amour éperdu de Cyrano pour Roxane, amour d'un joli minois pour Christian , amour de l'amour pour Roxane, un trio qui se trouve empêtré dans des représentations de l'amour, dans ce qu'on veut en montrer, dans ce qu'on veut en voir et qui passe à côté de l'essentiel.

    C'est beau, c'est triste, c'est grand et c'est dit avec une écriture et une sensibilité telle qu'il n'y a pas que les larmes de Cyrano qui coulent ...

     smilesmilesmilesmile

     

    Multi-défis Babelio59. Un livre dont le titre se compose exclusivement d'un nom ET d'un prénom

     

    Pin It

    1 commentaire
  • La mémoire est une chienne indocile  Elliot Perlman

     

    Je ne sais plus pourquoi ce livre était dans ma PAL, sans doute parce que j'en avais lu de bonnes critiques  mais finalement rien n'allait: le thème, la seconde guerre mondiale, je n'ai pas envie de lire sur le sujet, la forme"roman foisonnant" ça ça veut dire, on mélange des époques, des narrateurs et je trouve que c'est rarement réussi et le tout sur plus de 750 pages ! De quoi renoncer !!!!   Mais je m'étais engagée à le lire ... et bien m'en a pris.

    Ce n'est pas un roman facile ni par la forme ni par le fond mais c'est un roman qui mérite l'effort qu'il demande. Il parle certes de la seconde guerre et des camps mais il parle de bien plus que cela. L'auteur ne nous berce pas, de la violence de la ségrégation anti-noirs aux USA à l'extermination des juifs dans les ghettos puis les camps, il n'allège pas les situations. La première moitié du XXe siècle et ses massacres, occupe la totalité du roman et quand on se prend à penser que ça va mieux aujourd'hui il nous remet un coup sur la tête pour nous ramener à une réalité qui n'est toujours pas un modèle de respect de l'autre. Les personnages se croisent et se recroisent, l'Histoire mais aussi leur histoire , tissent un filet où l'un renvoie à l'autre, la petite et la grande histoire, se heurtent et construisent le destin d'hommes et de femmes qui n'en demandaient pas tant.

    Un roman qui amène à se demander  qui sont aujourd'hui les exclus d'hier et qu'elle est la place que l'on occupe dans tout cela....

    Un roman dérangeant qui secoue et bouscule le lecteur et où l'on ne peut que se questionner sur ce qui fait l'humain.

    Un roman qu'il faut lire.   smilesmilesmilesmile

    Babelio challenge multi défis 71. Un livre que j'appréhende de lire (thème, style, auteur, épaisseur...)

    La mémoire est une chienne indocile  Elliot Perlman   ici

    Pin It

    5 commentaires
  •   Les misérables  Victor Hugo  

    J'ai découvert Les misérables vers 10 ans, on m'avait offert les deux tomes adaptés pour les enfants. Tout dans l'histoire de l'enfance de  Cosette me parlait, les Thénardier, Fantine et le sauveur Jean Valjean, quel espoir offrait ce livre !  J'ai remis d'année en année la lecture du"vrai"roman... et je viens de m'y atteler.

    Victor Hugo est un très grand conteur mais Les Misérables, ce n'est pas qu'une très belle histoire ; il y a des réflexions philosophiques, sociales, politiques, historiques . C'est un vaste roman, riche et passionnant d'autant plus qu'il est soutenu par la magnifique histoire de Jean Valjean. Jean Valjean, ce forçat, au coeur dur, qui va trouver dans la rencontre avec l'évêque de Digne, la force de se racheter et de faire du bien aux autres. La vie va s'opposer plusieurs fois à lui, dans la personne de Javert, représentant d'une société qui ne pardonne jamais et rattache l'homme à sa faute initiale toute sa vie. Malgré, l'acharnement du destin, Jean Valjean arrivera à sauver la petite Cosette, le joyau de sa vie.

    Paris, qu'Hugo connaît par coeur et adore, offre un bel écrin pour la rédemption du forçat et l'éveil de Cosette. Il excelle aussi à construire les personnages qui vont croiser le chemin de ces deux là, en en faisant des portraits taillés comme des pierres à facettes. 

    Ecrit il y a cent cinquante ans, l'écriture n'a pas vieilli  sa richesse est un plaisir , seules les références politiques sont un peu éloignées de nous . On se laisse emporter par ce très beau personnage qu'est jean Valjean.  Un  très grand texte  smilesmilesmilesmile

    Babelio multi-défis item 79. Une des 110 œuvres préférées des Anglais selon le classement de la BBC 

     

    Les misérables  Victor Hugo     992 pages      ici

     

    Pin It

    10 commentaires
  • Alamut  Vladimir Bartol

     Presque 600 pages qui nous emporte pour un long voyage dans le temps, XIe siècle, dans l'espace, l'Iran et dans l' infini des chemins tortueux de l'esprit humain... 

    C'est en suivant un jeune homme petit fils du martyr Tahir que nous entrons dans la citadelle d'Alamut. Il va être accueilli et formé à devenir fedayin. Un esprit sain dans un corps sain, on lui apprend tout autant le Coran, la poésie, la géographie que l'art de combattre et de maîtriser son corps. La discipline est stricte, les journées remplies et c'est au milieu d'autres jeunes gens comme lui qu'il  découvre la puissance du maître des lieux Hassan Ibn Sabbâh  , défenseur de l'Ismaëlisme. L'Ismaëlisme est un courant  de l'Islam, qui, entre autres différences, reconnait un autre ordre entre les successions des imams. Hassan Ibn Sabbâh a décidé de conquérir le monde musulman du haut de sa citadelle. Pour ce projet , il est prêt à tout et, a besoin d'hommes à sa main qui répandent la terreur, non seulement en tuant mais en inspirant une crainte divine au commun des mortels. Ce sont les fameux Assassins, secte d' hommes,  irréductibles, fanatiques et drogués. Le roman se propose de nous montrer comment un homme extrêmement intelligent, avide de pouvoir, peut manipuler les humains en s'appuyant sur leurs faiblesses.  

    Bien d'autres, ont su utiliser les ficelles de la manipulation après lui et sans doute avant, il n'en reste pas moins que cette secte est une belle démonstration de ce que peut donner le mélange, politique, religion, intelligence, pouvoir et un ego démesuré. Le plus étrange n'étant pas ce qu'un homme peut faire mais que d'autres le suivent en en redemandant et le temps qui passe n'y a pas changé grand chose.

    C'est donc une lecture passionnante, que j'ai lu sans difficulté malgré mon ignorance du monde arabe et  même si il y a peut-être quelques longueurs j'ai volontiers suivi l'initiation de ses jeunes fedayins et l'esprit cynique de leur chef dont la devise est  "Rien n'existe. Tout est permis" ..... 

    smilesmilesmilesmile 

    Challenge autour du monde:  Slovénie 

    Pin It

    votre commentaire
  • Un challenge simple et sans date limite, lire un roman de tous les pays .

    Une idée séduisante pour aller piocher du côté d'auteurs vers lesquels je ne vais jamais et découvrir d'autres ambiances .

    On peut valider des lectures faites avant l'inscription . 

    Pour ma part j'ai pu valider :

    Algérie Le dingue au bistouri Yasmina Khadra  ici 
    Allemagne  L'art d'écouter les battements du coeur Jan-Philipp  Sendker  ici
    Australie Le théorème du homard Graeme Simsion ici     
    Autriche  24 heures de la vie d'une femme Stefan Sweig  ici 
    Belgique   Du côté d'Ostende    Jacqueline Harpman   ici  
    Canada  Une belle mort Gil Courtemanche ici

    Corée Ma mémoire assassine   Youg-ha  Kim  ici 

    Cuba Les quatre fugues de Manuel  Jesus Diaz  ici

    Danemark  Le jour avant le lendemain  Jorn Riel  ici
    Espagne  Confiteor  Jaume Cabre   ici                   
    Gabon La bouche qui mange ne pelure pas  Janis Otsiemi   ici 

    Grèce  Le banquet Platon  ici
    Finlande  Un inconnu vint à la ferme Mika Waltari  ici
    Inde  Témoin de la nuit Kishwar Desai  ici     
    Iran  Le voile de Téhéran Parinoush Saniée   ici      
    Irlande A l'irlandaise  Joseph O' Connor   ici 

    Islande Etranges rivages Arnaldur Indridason  ici 
    Italie L'écorchée Donato Carrisi  ici
    Japon L'île de Tôkyô  Natsuo Kirino  ici 

    Norvège Victoria  Knut Hamsun  ici

    Palestine Le bleu entre le ciel et la mer Susan Abulhawa ici

    Pays -Bas  L'anneau de la clé  Hella Serafia Hasse  ici

    République Tchèque  une nuit rien qu'une seule  Simona Ahrnstedt  ici   
    Russie L'étrangère aux yeux bleus Youri Rythkéou  ici 

    Slovénie  Alamut Vladimir Bartol  ici
    Suède  Long John Silver Björn Larsson ici     

    Suisse Léon et Louise Alex Capus  ici

    USA  Nos âmes la nuit Kent Haruf   ici  


    3 commentaires
  • Les quatre fugues de Manuel  Jesus Diaz

     

    Manuel est Cubain et physicien en URSS. C'est un excellent physicien et il est tout prêt de réussir à être reconnu quand l'administration cubaine lui met des bâtons dans les roues. En fait, ils veulent" juste" le renvoyer à Cuba,ce qui signifie pour Manuel l'arrêt de la physique, et ça il n'en est pas question. Il lui faut donc quitter l'URSS et rejoindre ....l'Ouest., le suppôt de Satan , l'Ouest dévoué au capitalisme! Le mur de Berlin n'est pas encore tombé, les deux blocs s'opposent et pour Manuel qui a vécu uniquement sous des régimes communistes l'Ouest c'est la trahison... 

    Mais quitter l'URSS et être accueilli dans un autre pays relève du parcours du combattant. Les voyages de Manuel sont peu glorieux, tristes, sales,épuisants, n'ayant nulle part sa place il est pourtant contraint de partir et repartir.

    Il y a des éléments intéressants dans ce livre, le contexte politique, on oublierait presque ce que fût la guerre froide et le rejet du migrant dont personne ne veut.

    Néanmoins il m' a été difficile de lire ce texte, est- ce le thème, est-ce l'écriture, est-ce moi... je ne suis pas vraiment rentrée dans l'histoire et je suis restée à distance de Manuel. smile 

    Babelio multi défis 19. Un livre traitant de l'immigration

    Challenge autour du monde  Cuba 

    Pin It

    votre commentaire
  •          Angélique Marquise des anges  Anne Golon

     

     

     

    Pour moi, Angélique marquise des anges, c'était  un film, vu quand j'avais 14/15 ans et c'était surtout Joffrey de Peyrac ( Robert Hossein), balafré à la voix grave qui pinçait mon coeur d'ado et je trouvais que cette Angélique était capricieuse, boudeuse, stupide et pour tout dire ne le méritait pas !

    Le mieux était de lire du côté du texte pour savoir de quoi il retournait .

    Et c'est une bonne surprise que cette lecture. Angélique n'est pas sotte et n'a pas baigné toute sa vie dans la richesse. Sa jeunesse à la campagne, dans un milieu de petite noblesse pauvre, lui a permis de grandir suffisamment libre pour développer un esprit vif que les soeurs auront du mal à mettre au pas. Son mariage avec Joffrey de Peyrac, tient plus de l'arrangement que de l'amour. Pourtant, elle découvrira peu à peu, que cet homme si laid, possède une beauté intérieure qui la touchera. Homme à la voix d'or, poète, grand charmeur, Joffrey est aussi un scientifique passionné qui va heurter l'église par ses raisonnements. La cour, lui sera fatale, sa richesse heurte le roi , rien ne retiendra le complot ourdi contre lui....

    Ce roman d'aventures s'inscrit dans un contexte historique encore mouvementé, les guerres de religions ne sont pas loin et ont laissé des traces, Louis XIV n'est pas encore le roi tout puissant que l'on connaît. Les luttes pour le pouvoir, teintées de jalousies donnent la part belle aux complots en tout genre. Le personnage de Joffrey de Peyrac est un peu hors norme mais crédible, quant à Angélique c'est une belle figure de femme que l'on sent prête à prendre son destin en main et non pas une écervelée capricieuse.  smilesmile

    Ne me reste plus qu'à voir( la nouvelle version) ou revoir les films.

     

    Archipel 686 p.

     

    Angélique Marquise des anges   ici

    Pin It

    2 commentaires